« Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » (Matthieu 22:21)

jeune femme lisant la Bible sur un ponton - Bethany LairdEst-il permis, ou non, de payer le tribut à César?
Jésus, connaissant leur méchanceté, répondit: Pourquoi me tentez-vous, hypocrites?
Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie le tribut. Et ils lui présentèrent un denier.
Il leur demanda: De qui porte-t-il l’effigie et l’inscription?
De César, lui répondirent-ils. Alors il leur dit: Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.
(Matthieu 22:17-21)

⤑ Cette parole de Jésus nous encourage à nous engager dans le monde. La dimension spirituelle est primordiale pour le Christ, il nous apprend à donner à Dieu la place qui lui revient, la première place, mais il nous appelle aussi à donner à César ce qui lui revient.

⤑ Un chrétien s’engage dans le monde, selon sa sensibilité et l’occasion, et ne pas s’y engager seulement sur le plan spirituel. Certes, la prière et l’annonce de l’Évangile sont une mission toute particulière qui est confiée à ceux qui croient, c’est un vrai service, et s’ils ne le font pas personne ne le fera à leur place. Seulement, notre vision de l’humain est une personne entière : chair, sang, souffle, personnalité, intelligence, foi, relations, cœur, émotions, joie… C’est ainsi que le chrétien ne peut se contenter d’agir dans une seule dimension, ni seulement le corps, ni seulement le spirituel.

⤑ Si le chrétien se contentait d’agir dans le domaine spirituel il laisserait penser que seul le spirituel compte, ce qui est faux. Comme le dit Jésus en citant la Torah : « L’humain ne vit pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (De 8:3; Mt 4:4) : L’humain ne vit pas de pain seulement, il vit de pain et d’eau et de relations, et de soins aussi. Et souvent même d’abord et en urgence.

La bénédiction de Dieu sur notre existence est une bénédiction spirituelle, elle touche aussi toutes les autres bonnes dimensions de notre être. Dieu est le premier à rendre à César ce qui lui appartient, Il a agi dans le monde pour susciter cette belle évolution de l’univers matériel, et il envoie le Christ pour faire de nous des enfants de Dieu par sa Parole en nous. Dieu n’est pas tout-puissant, certes, néanmoins sa puissance d’action en ce monde est infinie. Et Dieu sait que nous sommes un être qui a une dimension biologique et social en ce monde, et il nous bénit dans notre corps et dans notre esprit.

C’est ainsi que Jésus annonçait l’Évangile mais qu’il guérissait aussi des maladies bien physiques. Il le faisait par compassion, mais aussi comme un témoignage, celui de l’intérêt fondamental que Dieu à pour chacun de nous dans toutes les dimensions de notre existence.

Sur ce verset, vous pouvez voir aussi cette prédication.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *