Poème pour reprendre courage de vivre face à « Un seigneur mortel »

Un randonneur regarde le lever du jour en montagne - Image parFree-Photos de Pixabay Je souhaitais partager avec vous le poème ci-dessous, écrit pour les heures très sombres.

Bien cordialement,

Christiane Bozza

 

Ce noir désir
qui soudain te foudroie
ce noir désir
qui t’appelle à mourir
n’est pas le tien

Tu peux vivre

Cette haine
qui en toi réveille
cet effroi
à nul autre pareil
cette haine
dans laquelle tu te noies
tu ne lui dois rien

Tu peux vivre

Ce désespoir
qui épuise ton souffle
ce cachot
où sans cesses il revient
ce désespoir
où malgré toi tu t’emmitoufles
il tient dans ta main

Tu peux vivre

Cette angoisse
qui vient geler ton corps
cette angoisse
qui fait trace de mort
n’est qu’un tour du malin

Tu peux vivre

Cette tristesse
qui tout au fond t’embrasse
cette tristesse
qui prend toute la place
en toi tu la retiens

Tu peux vivre

Tu peux laisser la Vie
prendre sa place
dégeler ton corps
donner le souffle
noyer la haine

Laisser la Vie appeler la vie
à toute heure

Rompre ce vieux serment qui dort
-ce serment sans appel

fait à un seigneur

mortel-
n’est pas un tort

Tu peux vivre

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fraj dit :

    J’ai la foi. Mais je ne veux plus vivre sur cette terre

    • Marc Pernot dit :

      Si vous avez la foi, il me semble que vous pouvez entendre l’appel à vivre que Dieu vous adresse, l’appel aussi à faire vivre, servir, apporter quelque chose aux autres, ne pas les abandonner.

      Ensuite, c’est vrai qu’il existe des souffrances terribles à vivre. La médecine a fait d’énorme progrès. C’est quand on ne voit pas bien net, on va consulter et on se fait faire des lunettes ou opérer de la cataracte. Pour une détresse psychologique cela fait du bien de consulter :

      • il y a un accueil 24h/24 au Hôpitaux Universitaires,
      • Il est possible aussi d’appeler au téléphone : en Suisse au 0848 133 133 ou le 143 (La Main Tendue) ; en France : le 15 ou le 09 72 39 40 50 (SOS amitié)

      Il y a aussi des situations terribles du point de vue relationnel et social. Pour cela aussi, il existe des solutions.

      A mon avis, le suicide n’est même pas une option. Même si je suis persuadé que la vie continue autrement après la vie sur cette terre. Or, par définition, la vie c’est de faire un pas, puis l’autre, de franchir des obstacles, de tisser des relations, d’approfondir. La vie future sera encore comme ça puisque c’est encore de la vie, je ne pense pas qu’elle soit plus facile dans la suite de l’aventure, au contraire. C’est comme quand on change de niveau dans un jeu vidéo, la suite est rarement plus simple. Alors ma philosophie est de commencer par vivre cette vie là comme je peux. La suite viendra quand elle viendra, quand ce sera le bon moment de passer à l’étape suivante. Or, comme je ne sais pas ce qui m’attend dans la vie suivante, mieux vaut laisser Dieu gérer le temps de passer, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *