J’ai tenu bon 8 mois pour ne pas pécher, j’ai rechuté, que faire ?

Par : pasteur Marc Pernot

église avec une peinture représentant le Christ - Photo by <a href="https://unsplash.com/@chriskaridis?utm_source=unsplash&utm_medium=referral&utm_content=creditCopyText">Chris Karidis</a> on <a href="https://unsplash.com/s/photos/church?utm_source=unsplash&utm_medium=referral&utm_content=creditCopyText">Unsplash</a>

Question d’un visiteur :

Mon nom est Astrid, j’ai mal au cœur à cause de mes pêchés, je me sens mal. J’aime Dieu mais, je ne puis faire ce qu’il veut. L’année passée j’ai commencé à éviter les pêchés afin que sa promesse ne s’anéantisse, mais malheureusement pour moi je n’ai réussi que 8 mois, je suis retombée dans l’impudicité avec mon ex-copain, j’ai lutté mais j’ai pas pu. Je me demande alors si elle existe toujours cette promesse ou pas, je souffre tellement beaucoup je me demande si je suis repartie à zéro.

Réponse d’un pasteur :

N’ayez crainte. Dieu est patient. Personne n’arrive à changer d’un coup, mais nos progrès sont toujours progressifs, ou comme avec des marches (des temps avec des petits progrès puis des temps où l’on avance pas), parfois des progrès de 2 pas en avant et d’un pas en arrière… C’est normal.

L’essentiel, c’est de garder l’énergie et de reprendre pied, et d’avancer encore. L’enjeu c’est que nos échecs soit pour nous un enseignement, qu’ils nous rendent plus forts et plus déterminés.

Donc 8 mois, c’est déjà bien. La prochaine fois pourrait être la bonne, celle où vous tiendrez bon. En tout cas c’est bien d’avoir essayé, bien de vouloir repartir du bon pied. La vie est comme ça.

Donc non, vous ne repartez pas à zéro. Vous repartez en sachant que vous avez été capable de tenir 8 mois ! Vous repartez en regrettant d’avoir lâché en si bon chemin.

Et en tout cas. Vous n’avez rien, absolument rien à craindre de Dieu, au contraire. Il ne rejette pas le pécheur, il ne nous méprise pas quand nous sommes faibles, mais il se fait proche pour nous donner de la force, pour nous éclairer, nous aider. Même l’apôtre Paul dit comme vous : j’aime Dieu, j’aimerais faire le bien, mais le bien que je voudrais faire, je n’arrive pas à le faire et ce que je fais c’est le mal que je voulais éviter, qui me délivrera de ça ? Grâces soient rendues à Dieu ! (Romains 7)

Tous mes vœux de bénédiction

& amitiés

pasteur pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *