Questions sur la façon de prier, les lieux, la prière avent le repas ?

une jeune femme priant - Photo by Ben White on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour, j’aurai quelques questions à vous poser au sujet des prières.

Tout d’abord, j’habite en face d’une église Catholique et je m’y rend tout les jours pour me recueillir.
Cela est plus facile pour moi car les temples protestants sont souvent fermés.
Est-ce contradictoire ou malvenu d’aller prier dans une église catholique lorsque l’on est protestant ?
Je voulais savoir aussi si les protestants, ou certains protestants, avaient un autel chez eux. Rien de sacré ou de superstitieux, mais juste un petit espace pour prier chez soi.
Il me semble que beaucoup de catholiques ont cela chez eux ,avec un crucifix, des icônes et différentes représentations de leurs croyances catholiques.
Est-ce le cas chez les protestants ?

Par ailleurs, je me demandais si vous récitiez le bénédicité avant les repas.
Si oui, y a t-il une prière traditionnelle, tel que le « Notre père » ?

Je vous remercie encore très sincèrement pour votre temps et votre attention.


Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Bravo de prier. Et si le fait d’être dans une église vous aide à prier : tant mieux.

Pourquoi les temples protestants sont souvent fermés ? Comme vous le dites, c’était afin d’éviter la superstition. C’était un risque en tout cas au XVIe siècle, mais je connais encore des personnes qui pensent que Dieu entend mieux les prières à tel endroit qu’un autre, tel jour plutôt qu’un autre. Je ne pense pas que ce soit très biblique (même le temple de Jérusalem a pour fonction d’aider les humains à prier, mais les hébreux savaient bien que Dieu dépasse même l’univers). Et il est bon de penser le monde entier, notre vie entière comme aimé de Dieu et béni par Dieu, sanctifié. Pas seulement tel endroit, tel temps, telle personne plus performante… Des protestants ont pensé que c’était moins dangereux pour les fidèles de fermer les temples en dehors des réunions, c’était aussi une façon pour l’église de ne pas laisser croire qu’elle serait un intermédiaire entre Dieu et les humains. Une façon de se présenter comme une salle d’entraînement pour la foi et la réflexion, mais en affirmant haut et fort que l’objectif est de rendre plus vivante et belle notre vie dans le monde.

Mais une fois que nous nous savons ce que nous faisons, le risque de superstition est éliminé. Alors, si l’ambiance spirituelle, la beauté et le silence d’une église rapproche une personne de Dieu, alors c’est parfait. Pour telle autre personen, c’est peut-être la nature, ou de la musique. Ou un endroit que vous vous donnerez, avec ce qui est propre à vous inspirer vous.

Nous savons bien que Dieu n’est pas plus proche de nous dans tel ou tel endroit plutôt que dans notre cuisine. Mais c’est vrai que souvent c’est nous qui nous recueillons mieux dans un bel endroit qui évoque pour nous déjà la prière avant même que nous commencions à prier. Et c’est tout  à fait légitime. Car Dieu a pour projet, particulièrement en Christ, s’incarner dans notre être, dans notre existence, dans notre monde. Nous sommes un corps spirituel, nous avons une psychologie, une culture, des sentiments, une sensibilité, une histoire de vie.

Vous avez donc raison de chercher ce qui vous aide à vous recueillir et à entrer en prière. Compte tenu de ce que vous êtes, vous observez que telle environnement vous aide : bravo d’avoir ainsi observé afin de mieux vous connaître.

Dans ma famille, nous n’avons jamais récité de bénédicité avant les repas. Mais il y a des familles qui le font.

Personnellement, c’est vrai que de la bonne nourriture me porte à la louange, c’est vrai qu’un repas même tout simple partagé avec ma femme, un repas avec des amis, une invitation permettant de découvrir un petit peu des personnes : cela me porte aussi à la prière de reconnaissance pour cette bénédiction qu’est la vie en ce monde. C’est souvent un éclair de prière, d’action de grâce que je garde secret et non exprimé. Mais le bénédicité avant le repas me gène un peu, pour deux raisons :

  1. D’une manière générale, je trouve que la prière gagne à être secrète, intime, à des moments où l’on s’est isolé du groupe et où l’on a un peu de temps, afin de chercher le maximum possible d’authenticité, de sincérité.
  2. Je suis reconnaissant de manger et de bien manger, en paix et bien entouré. Mais je suis un peu gêné de dire à Dieu « Merci de m’avoir donné cette nourriture » car si c’est Dieu qui m’avait donné à manger : alors pourquoi n’a-t-il pas donné du pain aux milliers d’enfants qui meurent de faim chaque jour ? Ma reconnaissance devant la nourriture est plus ample : elle est reconnaissance de ce qui est beau dans la vie, aux éclairs de bonheur et de grâce. Ma prière est aussi responsabilité à faire corps avec les autres, m’aider à discerner ceux que je pourrais aider et servir.

Il y a des lieux qui peuvent nous aider à prier, il y a aussi bien des textes qui peuvent nous aider à entrer en prière, pas nécessairement à dire des choses, mais à être un temps en vérité avec Dieu.

Le Notre Père est absolument génial pour inspirer nos prières, les purifier. Mais il n’a rien d’automatique. Il y a des prières que l’on peut aimer et qui peuvent nous aider à prier. Chacun peut avoir les siennes, un Psaume, un texte… quitte à évoluer dans cette source d’inspiration au gré des rencontres avec des textes inspirants. C’est pourquoi j’ai mis un certain nombre de textes sur ce site, à la demande de visiteurs, en particulier de ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir souvent aller au culte le dimanche matin. N’hésitez pas à partager des textes qui vous inspirent, vous, cela peut rendre service à d’autres.

Dieu vous bénit et vous accompagne

pasteur Marc Pernot

PS. Une petite prière pour le repas, inspirée d’une ancienne prière juive :

Béni sois tu, Éternel notre Dieu,
Roi de l’Univers,
qui crée toute sorte de nourritures.

Béni sois tu pour les personnes qui nous rassemblent
et pour celles qui ont préparé ce repas.

Béni sois tu pour les échanges si riches
que suscitent mystérieusement le fait de manger ensemble.

Fais qu’avec toutes ces richesses nous puissions
être plus fidèle à ce que tu espères de nous
avec tant de patience et de miséricorde…

Amen.

pasteur Marc Pernot, église protestante de Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sindy dit :

    Salut ici j’ai un pbserieusement j’ai besoin de conseils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *