Pourquoi les lectures bibliques du dimanche ne sont-elles pas communes avec les autres cultes chrétiens ?

Par : pasteur Marc Pernot

Un lectionnaire - Image parThomas B. de Pixabay

Question d’un visiteur :

Bonjour Monsieur le Pasteur ,

une question me vient par rapport aux lectures du dimanche: pourquoi ne sont-elles pas communes avec les autres cultes chrétiens comme les catholiques, puisqu’ils partagent la même Foi ? Mais aussi comment sont-elles déterminées du coup?

Merci pour vos éclaircissements.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour,

Il existe effectivement une proposition de lectures bibliques pour chaque dimanche, c’est une liste qui répartit une sélection de textes des évangiles sur trois années appelées poétiquement année A, B et C avec des textes annexes qui induisent une certaine approche d’interprétation du texte de l’Evangile sélectionné. Ce « lectionnaire » a été mis au point par l’Eglise Catholique Romaine dans les années 60, après le concile de Vatican II, mais ce genre de listes existe depuis l’antiquité. Différentes églises protestantes se sont ralliées à cette liste dans un esprit œcuménique.

Je suppose que cela part d’un bon sentiment, celui de vouloir mettre les chrétiens en communion visible à travers des lectures communes indépendamment de la paroisse ou de l’église particulière de chacun. C’est vrai que c’est une idée sympathique. L’autre avantage est que c’est plus simple pour le prédicateur, il n’a pas besoin de choisir quel texte il pense utile d’offrir à la réflexion et à la prière de la communauté dont il a la charge, et comme les mêmes textes reviennent tous les trois ans, à moins d’être un tout jeune prédicateur il a rapidement déjà étudié ces textes et prêché dessus, même si l’on change toujours ce que l’on prêche, cela allège grandement la tâche.

Dans un autre sens, une communauté chrétienne est comme une personne individuelle, elle a sa vie, ses questions, ses besoins spirituels du moment. Il me semble que c’est invraisemblable que toutes les communautés chrétiennes de la planète aient besoin d’entendre le même texte de l’Evangile tel dimanche, et cela tous les trois ans ! C’est pourquoi, bien des pasteurs cherchent quel texte serait le plus adéquat pour la communauté particulière qu’ils visiteront le dimanche suivant. Ce choix est déjà un vrai « travail », de réflexion et de prière, à vrai dire. Cela conduit à prêcher sur des textes des évangiles qui ne sont pas dans le « lectionnaire » mais aussi de prêcher sur des textes du premier testament ou des textes du Nouveau Testament que ceux des évangiles, des textes qui ont leur intérêt en soi, et non
comme accompagnement d’un texte de l’Evangile comme dans le lectionnaire.

Je comprends que l’on puisse privilégier la première approche, en suivant le lectionnaire. Personnellement, il me semble que le choix individualisé du ou des textes du dimanche est important. Cela ne doit pas faire oublier cette juste préoccupation que vous avez de vivre et de manifester l’unité des chrétiens. Cela peut se manifester autrement : d’abord dans le fait de se rassembler au nom de Jésus-Christ, dans la contemplation et la louange de Dieu, dans la méditation de textes de la même Bible, dans la prière du même « Notre Père ». Cela peut se dire en priant pour les autres églises. Cette unité doit se manifester aussi dans des actes, dans le respect des autres communautés en reconnaissant la validité de leur culte, de leurs sacrements. Elle pourrait se manifester utilement dans l’accueil des chrétiens d’autres églises à la Communion s’ils le désirent, elle pourrait se manifester dans la reconnaissance du baptême donné dans une autre église. Cette unité peut se manifester dans un effort de communion comme ce qui est fait au Conseil Œcuménique des Églises. Cette unité peut se manifester aussi dans le simple geste des fidèles de rendre visite de temps en temps à une autre communauté lors d’une célébration du dimanche matin ou un temps de « retraite » dans une communauté priante. Cette unité passe peut-être avant tout dans le dialogue avec ses voisins et collègues chrétiens engagés.

Merci pour votre message qui manifeste un bel attachement à cette communion entre chrétiens.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi, dans le petit dictionnaire de théologie :

  • Alliance
Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *