Peut-on tirer quelque-chose de l’épouvantable histoire de la fille de Jephté dans le livre des Juges ?

enluminure De la Bible Maciejowsky. (France vers 1250)Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour
Je suis en train de lire le livre des Juges (pour faire des petits articles dans le petit journal de la paroisse catho locale). Peut-on tirer quelque’-chose de l’histoire de la fille de Jephté ; déjà l’assassinat de Sisera par Yaël. Me défrise…, alors le sacrifice humain!

Joyeuses Pâques

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Je n’ai jamais prêché sur ce texte des chapitres 11-12 du livre des juges, effectivement un des plus épouvantables de la Bible (Jephtépromet à Dieu que s’il l’aide à avoir la victoire contre ses ennemis, pour remercier Dieu il sacrifiera la première personne qui sortira de la maison par la porte. Déjà, c’est complètement fou et horrible, mais en plus c’est sa fille qui, par surprise sort. Alors bon, un peu désolé, il va sacrifier sa fille. Sympa comme petite histoire du dimanche, non ?).

Qu’en tirer, peut-on en tirer quoi que ce soit ? Faut-il même essayer ?
Ce que je dirais c’est peut-être seulement des petits éléments un petit peu basiques :

  • Tourne ta langue dans la bouche 7 fois avant de parler,
  • Voilà ce qui arrive quand on s’aime soi-même et qu’on accorde que peu de valeur à son prochain.
  • Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, ou ceux qui s’idolâtrent eux-même, ceux qui sacralisent leurs dogmes, leurs rites, leur idéologie,
  • Il y a une hiérarchie dans les impératifs, mieux vaut renier sa parole ou perdre la face que de tuer, par exemple.
  • Dieu pardonne, on a donc la possibilité de ne pas tenir sa parole devant Dieu (même si c’est un peu triste). Par contre, la mort ne pardonne pas, quand on tue, on ne peut pas revenir en arrière. De même, nous dit Jésus, pour certaines paroles blessantes.
  • On ne marchande pas avec Dieu (même Jésus ne se le permet pas)
  • De toute façon, la bénédiction de Dieu nous est acquise, il n’y a rien à marchander.
  • L’idée même que Dieu aimerait un sacrifice (humain qui plus est) est épouvantable. Cela peut être rappelé à Pâques (puisque certains imaginent que Dieu aurait été satisfait par la mort de Jésus, ce qui serait à peu près aussi horrible que cette histoire).

Et quelques petites pistes sur le mode d’emploi de la Bible :

  • On a bien le droit, en lisant la Bible, de dire : « Ah non, pas ça, je ne suis pas d’accord ! » et de tourner la page.
  • Cette histoire a des parfums de mythologie grecque, ce style est loin d’être absent de la Bible.
  • La Bible n’est absolument pas un conte moral, c’est un recueil d’histoires pour faire réagir, pour se poser des questions. Il arrive que le super héros de l’histoire ait un comportement inadmissible (même Abraham, David, et bien d’autres).
  • Et donc, la Bible n’est pas la « Parole de Dieu » en elle-même, la prendre ainsi est source d’horreurs et de folie. Il est donc dangereux de laisser penser en encore plus de dire que la Bible serait la Parole de Dieu. Et d’encourager à l’interpréter dans un esprit de prière, en ayant en tête le Dieu qui aime même ses ennemis que nous a révélé le Christ.
  • Alors, même avec un texte comme cela (j’exagère probablement), quand on lit la Bible dans un esprit de prière (en se posant des questions, en se reconnaissant dans les personnages du texte, en se remettant en question), il arrive souvent que nous recevions un exaucement de la part de Dieu : un supplément de genèse de notre être, c’est ce qu’on appelle entendre une Parole de Dieu. C’est toujours une parole, une action qui nous fait vivre, nous soigne, nous ressuscite.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Stroh Anne dit :

    En effet le sacrifice d’ Iphigénie pour gagner la guerre de troie est le debut de la folie meurtrière des atrides… Dans la bible est ce le mouvement vers le mieux ? .. Ici il n’y aura pas de folie meurtrière. La descendance du message de Dieu ne passe pas par la logique des hommes.? .. Comme sara.? Ou marie..? La virginité de la fille de jehte a une descendance …..? L’esprit saint souffle dand le buisson ardent ou la brise devant la grotte d ‘Elie. J’aime la fable de jotam … Les arbres.

  2. irgvap dit :

    Bonjour Pasteur,
    J’apprécie vraiment vos réponses
    J’ose ajouter ceci pour compléter la justesse de vos réflexions :
    « Elle(la fille de Jephté) lui répondit : « Mon père, tu as parlé TROP VITE devant le Seigneur, traite-moi donc selon TA parole, puisque maintenant le Seigneur t’a vengé de tes ennemis, les fils d’Ammone. »
    Et donc j’en déduis que sa fille le juge devant Dieu et lui fait remarquer qu’il a mal agi devant Dieu et que donc il s’est plutôt engagé envers lui-même (selon »TA parole ») plutôt qu’envers un Dieu qui ne peut être que Amour. Et Jephté sans doute n’est pas capable de concevoir cette erreur étant dans l’erreur de la conception du véritable Amour-Dieu. Ce qui prouve aussi que souvent dans la Bible, il y a une confusion entre ce que supposent les hommes et ce que veut Dieu réellement. Et donc la Bible est excellente justement pour apprendre à discerner et suivre le fil d’Ariane vers Dieu Amour plus évident surtout à partir de Jésus, en se dégageant progressivement à travers l’Histoire des erreurs humaines qui brouillent plus ou moins gravement le véritable dessein de Dieu. Si la Bible doit être interprétée c’est bien justement parce que le fil d’Ariane doit être trouvé et qu’il y a bien un fil d’Ariane miraculeux strictement dans la Révélation de l’Amour véritable entre l’Ancien et le Nouveau Testament.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *