Peut-on demander à Dieu de diminuer les souffrances d’un animal ?

photo d'un chien nous regardant (illustration) -  Image: 'Diesel Poses For a Portrait'  by Pete Markham 
 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/9197427@N06/40359472821

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Ne pouvons nous demander à Dieu de diminuer ou d’abréger les souffrances d’un animal?

Sa condition d’animal ne lui permet pas de relativiser sa souffrance ou de prier pour avoir la force de la supporter.

Qu’en pensez vous?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

D’une manière générale, je dirais :

  1. que l’on peut vraiment exprimer devant Dieu tout ce qui nous touche comme préoccupations, projets, espérances. Le moins que l’on puisse dire est que Dieu nous est bienveillant, il ne considérera pas de travers ou avec mépris ce qui nous est cher. Même si nous demandions quelque chose de haineux (ce qui est sans doute mauvais), le fait d’arriver devant lui avec cette haine qui nous fait du mal nous laisse une chance d’être guéri par Dieu de cette maladie, et il ne va pas prendre mal cette prière pourtant pleine de haine.
  2. il vaut mieux éviter, à mon avis, de demander à Dieu des choses. Si l’on a exprimé nos sujets de préoccupation, à lui de voir ensuite ce qu’il veut et peut faire. Après tout, il vaut mieux que ce soit lui qui nous dise ce que nous pouvons faire plutôt que ce soit nous qui disions à Dieu ce que nous voulons qu’il fasse. Après avoir exprimé ce que l’on a sur le cœur, on peut donc essayer d’avoir un moment de silence intérieur, ou (car ce n’est pas facile de faire silence en soi), on peut avoir un moment de louange, pour reconnaître que Dieu est Dieu, ses qualités, et ce qu’il a déjà réalisé de beau dans notre journée, notre vie, notre monde…

Et donc, dans le cas concret qui vous préoccupe, oui, je pense que vous pouvez prier Dieu en pensant à votre animal, et attendre de Dieu qu’il vous dise que faire pour cet animal que vous aimez pour l’entourer et le soulager. De son côté, Dieu fait déjà tout ce qu’il a à faire, tout ce qu’il peut faire, et il le fait bien.

La question de la souffrance de l’animal est assez délicate.

D’abord parce que c’est injuste, il n’est en aucune façon responsable de sa souffrance, c’est comme celle d’un enfant. Bien entendu, Dieu n’est pas cause de cette souffrance, ni volontairement ni par non assistance.

Ensuite, il est difficile de savoir comment un animal vit la souffrance puisqu’ils ne peuvent, comme vous le dites, avoir du recul par rapport à cette souffrance et qu’ils ne peuvent donc nous dire comment ils la comprennent mais juste exprimer leur peine. Je suppose qu’ils la vivent d’une manière plus naturelle que nous, d’une manière moins dramatique parce qu’ils n’ont peut-être pas, comme nous l’avons, l’idée d’une vie meilleure possible, ni peut-être la même idée du temps qui passe et se déploie.

Mais je ne sais pas si, nous, pouvons relativiser notre souffrance ? Oui, un petit peu, en pensant malgré cela à la bonne part qui existe aussi. Mais en même temps, notre idéal nous dit que nous avons à combattre toute souffrance car elle contrarie le bien et la vie.

Voir dans le « Petit Dico » les articles sur l’existence de la souffrance, et celui sur les animaux ?
Avec mes amitiés

pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *