Perdue entre ma foi en mes Dieux et cet amour grandissant que je sens pour Jésus, à travers les chants.

Par : pasteur Marc Pernot

jeune femme chantant avec une guitare dans la nature - Photo by Mariana Vusiatytska on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Je viens d’arriver sur ce blog au beau milieu de la nuit en cherchant des réponses à mes questions à propos de ma foi.

J’ai grandi dans une famille non-croyante même si ma mère et mon père ont été baptisés, ont fait leur première communion, leur profession de foi et leur confirmation. J’ai moi-même été baptisée mais ça s’arrête là et lorsque ma sœur est décédée, ma famille a complètement fermé les portes de la religion. J’étais encore qu’une petite fille et je n’avais pas réellement conscience de ce que signifiait la foi, Dieu, Jesus, etc pourtant en voyant certaines de mes copines d’écoles aller au catéchisme, j’ai moi-même voulu y aller au moins une fois pour savoir, pour comprendre, pour trouver des réponses peut-être. Ma mère m’y a autorisée mais je n’y ai été qu’une seule et unique fois, non pas parce que j’étais en désaccord mais parce que j’avais vraiment pris tout cela en plein milieu et je n’ai rien compris alors j’ai juste considéré que je ne croyais pas en Dieu.

En grandissant, avec l’adolescence je me rendais bien compte que je n’étais pas réellement athée alors je me suis considérée un temps comme agnostique pourtant je continuais à « parler au ciel », à « confier mes peines au ciel », à demander de l’aide « au ciel » sans trop savoir à qui je m’adressais mais j’avais ce sentiment quelque part quelqu’un entendait et voyait mes larmes (du à ce que je vivais à la maison) . J’ai compris que vers mes 19/20ans que j’avais bel et bien la foi et je me suis tournée vers une autre religion ne m’étant pas reconnue dans le christianisme. Et d’un côté cette religion me convient réellement, elle prône tout ce que j’ai toujours toujours prôné moi-même, j’aime mes Dieux et je sais qu’ils m’aiment en retour. Je me sens moins seule, comprise et plus forte depuis que je me suis tournée vers la religion. Pourtant, je réalise après plusieurs année, à travers la musique que je ne peux m’empêcher de pleurer lorsque j’écoute une chanson qui parle de Dieu et de Jesus comme si quelque chose en moi raisonnait très fort. Je me sens complètement perdue, je crois en mes Dieux et sans eux je ne serais probablement plus en vie aujourd’hui mais j’ai comme la sensation ces derniers temps d’être dans un labyrinthe dont je ne trouve pas la sortie. Perdue entre mon amour et ma foi en mes Dieux et cet amour grandissant qui m’anime jusqu’à pleurer lorsque j’entends une chanson qui parle de l’amour pour et de Dieu et Jesus. Je n’imagine pas qu’il puisse être possible d’accorder les deux, du moins je ne vois pas comment cela pourrait être possible. J’y pense chaque jour, chaque heure, je prie énormément et je ne sais plus qui je suis. Alors je me tourne vers vous en quête de réponse, peut-être juste d’une piste qui pourrait m’aider et me guider pour comprendre ma foi.

Merci d’avance.

Réponse d’un pasteur :

Chère Pauline

Je trouve cela magnifique, d’être ainsi dans une disposition spirituelle, quelle qu’elle soit.

Ensuite, oui, il y a de multiples cheminements vers l’ultime. On l’a comparé au sommet d’une haute montagne, il y a bien des chemins qui montent vers le sommet. En choisir un qui nous corresponde le mieux n’est pas dire que les autres chemins seraient mauvais ! De toute façon nous nous retrouverons tous au même sommet. Il est seulement bien de choisir un chemin, celui qui nous correspond le mieux, le choisir et l’aimer, avancer dessus pas à pas, sans jalousie ni reproche vis à vis des autres chemins, cela ne sert à rien. Affiner son propre cheminement, le retrouver quand il se perd un peu, le débroussailler, en retrouver la beauté authentique par notre propre sincérité. Voilà tout.

Personnellement, c’est en Jésus-Christ que j’ai trouvé mon chemin. Je n’en imagine pas d’autres, pour moi. Pour telle autre personne, je ne sais pas, c’est à cette autre personne de chercher son chemin, les textes, les valeurs, les inspirations, la théologie proposés. J’aime en Christ cette dignité radicale dite pour chaque personne, sans jugement. A égalité. J’aime son amour de ce monde quand il est éclairé par cette grâce, la mise en valeur de chaque instant de la vie de chaque personne comme une merveille. J’aime cette mise en valeur de la personne comme unique et en même temps l’idée de l’humanité comme un corps par la complémentarité de ses membres et la compassion entre les membres. J’aime les évangiles qui proposent des récits et des paroles appelant à l’interprétation personnelle, plus qu’à une doctrine étroite. Qui appellent à vivre nous même en actes porteurs de beauté. Mais pour savoir ce que c’est que l’Evangile, il serait pas mal de lire un des quatre évangiles, et si possible deux des quatre, et quelques psaumes. J’n propose sur ce site et quelques outils de base pour commencer à comprendre comment cela marche, si je puis dire.
Mais, bien entendu, c’est à vous de voir, même si je connaissais la religion qui vous a aidée jusqu’à présent, je ne peux pas savoir quel chemin spirituel et religieux serait le mieux pour vous ?

En tout cas, Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *