Je suis déçue que vosu n’ayez pas mis un drapeau ukrainien sur votre page facebook en signe de solidarité !

Par : pasteur Marc Pernot

une femme manifestant pour mettre fin à l'invasion de l'Ukraine par la Russie - Photo by Samuel Jerónimo on Unsplash

Une femme manifestant pour mettre fin à l’invasion de l’Ukraine par la Russie

Question d’un visiteur :

Bonjour Marc,
Je sais bien que la politique n’est pas votre fond de commerce, et que vous êtes assez grand pour savoir ce que vous avez à faire, mais en tant qu’être profondément humain, je trouve qu’un petit signe de votre part sur votre facebook par exemple, pour montrer votre solidarité envers ce qui se passe en Ukraine, une photo de drapeau, que sais je ? Aurait pu être de bon ton…
Vous nous mettez un texte philosophique très bien…
Mais moi je crois que dans cette histoire nous sommes tous concernés !
La paix devrait concerner tout le monde !
Alors je ne sais pas… Je suis surprise…
Bref !
Je préfère vous dire les choses désagréables de personne à personne, entre 4 yeux, c’était juste mon avis…
Cela ne change en rien la grande estime et l’amitié que je vous porte.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir,

Merci pour votre franchise !

Effectivement, j’ai pensé, spontanément, mettre le petit drapeau ukrainien, en pensée fraternelle. Seulement mes comptes facebook sont des comptes professionnels, et c’est une question de posture pastorale, invitant à éviter tout geste ou parole qui pourrait passer pour du moralisme.

Quand une question nous semble importante, notre posture est de chercher à élever le point de vue de la personne, à apporter un ou des champs de questionnement supplémentaires. C’est ce que j’ai essayé de faire su jecherchedieu.ch et sur facebook : avec un point philosophique, un verset creusé du point de vue théologique, et plusieurs prières.

L’idée derrière cette démarche est de chercher à élever la personne et qu’elle se sente à la fois libre et responsable. Cela invite à l’authenticité et à la sincérité, à penser aux autres et à relire sa propre existence. Alors que la posture qui consisterait à donner ma réponse serait une attitude surplombante que l’église et ses chefs ont trop longtemps eue, et qui a tendance à dévaloriser la réflexion personnelle de chacun, culpabiliser certains et rendre trop facilement fier à bon compte d’autres…

Mais je prends note de votre réflexion, elle me touche. Et de vos pensées de solidarité avec les personnes en Ukraine.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Marie-Louise dit :

    Monsieur le pasteur,
    Je pense que les informations sont assez redondantes et que l`on oublie parfois le peuple russe qui est composé d`une somme d`individu qui souffre aussi de cet état de fait dans sa conscience et son quotidien ( sans vouloir minimiser ,bien sûr , l`absurdité de cette terrible guerre en Ukraine )
    Cordialement

  2. Eugénie dit :

    Personnellement je suis très agacée par toutes ces personnes qui soudainement montrent leur engagement envers l’Ukraine, alors même que personne ne dit rien depuis des années pour les guerres au Yemen, en Israël, en Somalie. La semaine dernière, quatre pays ont été bombardés. L’Ukraine par la Russie, Damas par Israël, le Yemen par l’Arabie Saoudite et la Somalie par les Etats-Unis. On ne parle que de l’Ukraine. Alors qu’on ne vienne pas donner des leçons alors même que quand la guerre n’est pas près de chez nous on n’en a rien à faire. Cela fait des années que des réfugiés viennent demander l’asile et on leur ferme nos frontières et maintenant on ouvre grand nos portes aux Ukrainien.nes ? C’est tellement injuste. Alors oui, je pense qu’avant de poster un drapeau ukrainien et venir disputer ceux qui ne le font pas, il faut réfléchir à ce qui se passe dans le monde. Il y a un tel racisme dans la gestion de cette guerre, ça me dégoute. Le problème n’est pas d’accueillir les Ukrainien.nes, évidemment, c’est de ne pas accueillir tout le monde. Alors je dois avouer que ce commentaire m’a vraiment agacée, je ne connais pas cette personne et son engagement au quotidien, mais plutôt que de partir à la chasse à ceux qui n’ont pas montré leur soutien comme vous le souhaiteriez, peut-être travaillez sur votre propre engagement. Je vais citer un passage de la Bible qui est beaucoup cité sur ce site : « comment peux-tu dire à ton frère: Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. » (Matthieu 7:3-5). J’espère que je n’ai pas été irrespectueuse, et je vous souhaite une bonne journée.

    • Y a-t-il un pilote dans l'avion ? dit :

      Bonjour,

      Il me semble qu’il y a eu d’autres couples bombardeurs/bombardés encore. Tout dépend des multiples sources d’information dont chacune/chacun dispose ou voudra lire/écouter/visionner/résumer/analyser/comparer entre elles (privées, publiques, privées mais « indépendantes », liées aux institutions internationales ou à des universités fournisseuses d’information, magazines, livres…).
      Je pense que la couverture médiatique est généralement plus importante pour un grand pays, et qu’ensuite le soutien à l’Ukraine en Europe occidentale et centrale est entre autres lié à la proximité géographique, culturelle, ainsi qu’au choix de la démocratie et de la convergence vers l’organisation économique, politique et sociale de l’Union européenne fait par la population.

      *****

      Luc 6
      20. Alors Jésus leva les yeux sur ses disciples et dit: «Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous! 21. Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés! Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous rirez! 22. Heureux serez-vous lorsque les hommes vous détesteront, lorsqu’ils vous chasseront, vous insulteront et vous rejetteront comme des êtres infâmes à cause du Fils de l’homme! 23. Réjouissez-vous, ce jour-là, et sautez de joie, parce que votre récompense sera grande dans le ciel. En effet, c’est de la même manière que leurs ancêtres traitaient les prophètes.
      24. »Mais malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation! 25. Malheur à vous qui êtes comblés [maintenant], car vous aurez faim! Malheur à vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et dans les larmes! 26. Malheur lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c’est de la même manière que leurs ancêtres traitaient les prétendus prophètes!
      27. »Mais je vous dis, à vous qui m’écoutez: Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous détestent, 28. bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. 29. Si quelqu’un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un prend ton manteau, ne l’empêche pas de prendre encore ta chemise. 30. Donne à toute personne qui t’adresse une demande et ne réclame pas ton bien à celui qui s’en empare. 31. Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le [vous aussi] de même pour eux. 32. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance en avez-vous? En effet, les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. 33. Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quelle estime en avez-vous? [En effet,] les pécheurs aussi agissent de même. 34. Et si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir en retour, quel gré vous en sait-on? [En effet,] les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs afin de recevoir l’équivalent. 35. Mais aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Votre récompense sera grande et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants. 36. Soyez donc pleins de compassion, tout comme votre Père [aussi] est plein de compassion.
      37. »Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés; ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés; pardonnez et vous serez pardonnés. 38. Donnez et on vous donnera: on versera dans le pan de votre vêtement une bonne mesure, tassée, secouée et qui déborde, car on utilisera pour vous la même mesure que celle dont vous vous serez servis.»

      *****

      Prions donc pour qu’aucun pays ne soit plus détruit, et que les zones détruites soient reconstruites, et que les populations ne se haïssent pas du fait des actions/réactions des gouvernements et armées, et que chaque population locale décide à la majorité de son propre destin en toute liberté et sans pression extérieure, quelles que soient les frontières héritées de l’histoire, et que les pays renoncent de façon raisonnée, organisée et contrôlée aux armes les plus dangereuses pour la survie de l’humanité (nucléaires, chimiques, biologiques, à sous-munitions, doubles bombes thermobariques…).

      • Marc Pernot dit :

        Bonjour
        Je propose de laisser chaque personne se préoccuper de ce qui la préoccupe. Chacun sa façon, sa sensibilité. Ce n’est pas parce qu’il y dix conflits armés dans le monde qu’il ne serait pas bon de se sentir plus touché par un conflit particulier.

        Il en est ainsi de la vocation, c’est une question infiniment personnelle.
        Christ nous dit d’aimer notre prochain comme nous-même. Seulement nous avons 7 milliards 800 millions de prochains vivants actuellement, plus les générations futures que nous devons aussi aimer. Ce serait démobilisant car impossible de penser devoir servir individuellement chacune de ces personnes comme il se doit. C’est là qu’intervient la vocation, chacun ayant à discerner qui parmi cette foule immense semble lui être confié en propre pour que s’en soucier personnellement, et chercher ce que nous pourrions faire pour l’aider.

        C’est vrai ensuite qu’il faudrait que personne ne soit oublié dans la foule immense, que nos vocations se complètent. Mais on ne peut pas reprocher à une personne sa vocation personnelle d’aller vers telle personne alors qu’il en existe un million d’autres qui souffrent aussi, voire qui souffrent depuis plus longtemps. Si telle autre personne nous semble oubliée, c’est peut-être que, précisément, c’est notre vocation personnelle à nous. Et cela est à discerner dans la réflexion et dans la prière.

        Dieu vous bénisse ainsi, et nous guide afin que nous soyons bénédiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.