Je n’ai jamais senti une présence divine dans ma vie. Comment faire pour la sentir?

Par : pasteur Marc Pernot

abbaye cistercienne - Image par claude alleva de Pixabay

Question d’un visiteur :

Bonjour Monsieur Pernot,
je n’ai jamais senti une présence divine dans ma vie malgré une éducation très chrétienne.
Comment faire pour la sentir? Sans passer par l’intellect?
Merci.
Cordialement,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir Monsieur

Bravo de chercher à élargir ainsi votre vie spirituelle.
Vous avez raison, dans l’idéal, il serait génial que tout le monde ait une façon de vivre sa foi dans toutes les dimensions de l’humain : les sentiments, la conscience, l’intelligence, les actes.
Je me demande si ce n’est pas un peu brutal comme façon d’exprimer la chose. Chacun a sa sensibilité, chacun a sa façon d’exprimer ce qu’il vit, ressent, et je ne suis pas certain qu’une personne qui n’a jamais ressenti une présence divine ait une foi moins riche ou moins profonde qu’une personne qui exprime sa foi ainsi.
En tout cas, après avoir rencontré littéralement des centaines de personnes qui sont dans une démarche de foi, il me semble que c’est 50/50 : la moitié des personnes ont eu une expérience mystique vive, ou plus diffuse. Et l’autre moitié des personnes n’a jamais eu l’impression de sentir particulièrement la présence de Dieu. C’est donc normal. L’une et l’autre de ces deux situations sont normales, et saines.
Je ne suis pas certain qu’il faille se fixer là dessus.
Même si je reconnais qu’en particulier ceux qui ont eu une expérience de foi comme le scientifique et philosophe Blaise Pascal, ou comme Lytta Basset toute jeune petite fille, ou Éric-Emmanuel Schmitt et bien d’autres… ont de la chance car c’est souvent alors une expérience fondatrice pour eux pour le reste de leur vie, alors même que cette expérience vive a été unique dans leur existence, et les a pris par surprise sans qu’il l’ait espéré, ni demandé. Parfois, cette expérience est troublante et la personne qui n’avait rien demandé se demande si elle n’est pas en train de devenir folle. Au vu des personnes que j’ai rencontrées, quand c’est ainsi une expérience mystique vive très ponctuelle, ce n’est pas du tout signe d’un trouble psychologique particulier. Non, c’est tout juste normal pour certaines personnes. C’est peut-être une grâce particulière, et une sensibilité particulièrement aiguisée. Une seconde grâce est que Dieu ne s’impose pas trop, se fasse discret car une invasion d’expérience mystique serait difficile à vivre.
Une bonne partie des personnes ressentant la présence de Dieu ont une expérience plus diffuse, sentant réellement le bienfait de la prière régulière, mais sans ressentir particulièrement de contact. Peut-être est-ce votre cas, et tout est normal, bien entendu de vivre sa foi ainsi.
Et puis certaines personnes n’ont absolument pas l’impression de ressentir quoi que ce soit. Je ne pense sincèrement pas que cela puisse être considéré comme une maladie spirituelle, ou le signe que la personne ait le cœur fermé à Dieu. Cela aussi est normal, et se culpabiliser là dessus me semble être injuste et contre performant. Je pense que l’on pourrait comparer cela à une personne qui n’a jamais connu le sentiment amoureux. On ne peut ni ne doit, je pense se forcer dans ce domaine, ni culpabiliser. Et, je pense, rester disponible à ce qui peut survenir. Car à tout âge de la vie, l’humain est en évolution, en genèse. Et bien des découvertes peuvent survenir. D’ailleurs, par définition, Dieu est une fontaine de nouveautés surprenantes.
Mais vous avez raison, cela peut venir, et sans forcer son talent, cela n’est certainement pas perdu de travailler en tout cas sa propre vie spirituelle :
  • Il est possible de travailler sa propre prière dans la vie de tous les jours, ou plutôt dans l’ordinaire de sa journée. J’ai mis quelques conseils ici https://jecherchedieu.ch/prier-mediter/ Tout dépend si vous êtes, comme on dit : du matin, du soir ou du midi. La régularité me semble essentielle, plus que la durée (une étincelle de pensée tournée vers Dieu peut être une vraie prière intense). À chacun de sentir ce qui l’aide dans ce domaine, certains artifices peuvent aider comme l’ambiance de telle église, un coin de nature,un arbre où l’on passe régulièrement en promenant le chien, telle Psaume ou Notre Père, quelques textes qui nous préparent bien. Ensuite, il est possible de travailler le dépouillement de sa propre prière, épurer le bavardage.
  • il est possible de se donner des temps de « retraite » exceptionnels : j’aime personnellement beaucoup prendre 4 jours dans un monastère trappiste (par exemple Tamié, Aiguebelle ou Cîteaux) à cause du silence même à table, les 7 offices par jour, tout simples et dépouillés, les promenades dans la nature, et en profiter pour lire, prier… Il ne faut pas en attendre de croiser Dieu au coin d’un pilier ou d’un arbre, mais ce sont des pauses qui ont suscité en moi de franchir des paliers.
  • Cela dit, l’intellect, c’est bien aussi. Et au coin d’une question que l’on travaille, il peut se passer de grandes choses spirituellement aussi.
  • Mais surtout, surtout, ne pas culpabiliser d’avoir la foi que l’on a.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Maelis dit :

    bonjour j’ai visité votre blog et j’aimerais vous poser une question,
    j’ai 16 ans et j’ai donné ma vie à dieu a 14 ans parce que à travers un songe j’ai compris que dieu était la vérité mais je n’avais pas fait de réel rencontre avec lui alors au bout de quelques mois j’ai fini par abandonner je ne priais plus ect… , mais j’ai fini par revenir à dieu et a vraiment faire sa rencontre cette fois j’ai fait des expériences avec lui mais je n’ai jamais réussi à ressentir sa présence ou quoi que ce soit quand je prie , pourtant dans mon église presque tout le monde ressent sa présence et parle en langue , je ne comprend pas pourquoi moi je n’y arrive pas , en ce moment dieu ne répond plus a aucune de mes prières je n’arrive plus à faire d’expérience avec lui j’ai l’impression d’avoir fait quelque chose de mal et que dieu ne veux plus de moi pourtant chaque fois que j’ai péché j’ai toujours confessé et demander pardon à Dieu des fois j’ai envie d’abandonner parce que j’ai l’impression que dieu ne veut plus de moi…

    • Marc Pernot dit :

      Chère Maelis
      Bien sûr que Dieu ne vous fait pas la tête !
      Il est grâce, amour, en particulier pour vous, sa fille bien aimée.
      Je ne vois franchement rien d’inquiétant à ce que vous en ressentiez pas de grandes rencontres avec Dieu, ni de grandes émotions dans la prière. Une grande proportion de personnes sont comme vous. En réalité.

      • Il y a des personnes qui ressentent une émotion lors de célébrations. Souvent, c’est plus l’effet de groupe électrisé par le charisme et l’habileté du meneur de groupe. Tout le monde n’est pas sensible à cela. Parfois, cette personne ne ressent pas la même émotion dans la prière quand elle est seule devant Dieu, c’est alors le signe que cette émotion était plus l’ambiance du groupe que de Dieu lui-même.
      • Il y a des personnes qui expriment leur foi comme cela, parce que cela se fait dans l’église de dire ce genre de choses.
      • Ensuite c’est vrai qu’il y a des mystiques qui connaissent des extases spirituelles. C’est vrai. Mais ce n’est de loin pas le cas général, je vous assure. Et même ces grands mystiques ne sont pas à chaque fois branché directement sur dieu.

      Ne vous laissez pas impressionner, culpabiliser par ce que d’autres voudraient vous faire croire que ce qu’ils vivent eux dans la foi devrait être votre façon de vivre votre foi.
      Chacun sa personnalité, sa sensibilité spirituelle. C’est cela que Dieu aime, ce côté si personnel.

      Dieu vous bénit et vous accompagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *