J’aimerais devenir chrétien pour m’améliorer, comment avoir la foi ?

Jeune ghomme semblant songeur (illustration) -  Image: 'IMG_5356-1-4'  by Eric  https://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.0/ http://www.flickr.com/photos/48815372@N07/31748681760

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

J’ai 22 ans et suis marié avec un enfant. J’ai tout pour être heureux sauf que j’ai l’impression d’être conditionné à la haine des autres et à la tristesse. Je pensais que la naissance de mon fils m’aurais donné une raison de vivre. Que nenni, rien a changé en moi. J’ai vécu une enfance très difficile, je ressens une attirance envers dieu et le protestantisme, je souhaiterais devenir Chrétien protestant sauf que je crois ne pas être capable d’avoir la foi, et même d’éprouver une certaine honte envers le fait de prier.

J’approuve l’existence de Jésus uniquement, peut être celle de dieu. Mais pourquoi dans la bible les évangiles, apôtres etc ont des prénoms à consonance Européenne si je puis dire ?

Comment êtes vous devenu chrétien, comment votre foi c’est révéler et que me conseiller vous pour que je puisse acquérir cette foi et devenir quelqu’un de bien. Quel conseils pour un agnostique voulant devenir chrétien et commençant à partir de rien ?

En effet mon comportement malgré que je sois un bon mari et un bon père, je crains que celui ci puisse m’emmener vers une rupture.

Merci de vos réponses, j’apprécie grandement.

Réponse d’un pasteur :

Cher monsieur

Mil mercis pour les encouragements, c’est très précieux.

A mon avis, c’est déjà bon. Vous avez la foi et ce mail en est la preuve. Car la foi est d’abord et avant tout une recherche. Et donc une personne qui aurait trop de certitudes hyper ancrées a bien des risques d’avoir moins la foi que vous en ce moment (même s’il a plus de religiosité).

La foi peut avoir une dimension de sentiment religieux, de sentiment de la présence de Dieu dans son cœur… mais ce n’est en rien obligatoire ni partagé par tous, peut-être seulement par 50% des fidèles. Vous pouvez donc commencer à vous dire chrétien puisque vous êtes intéressé par Jésus et protestant si ça vous convient,

Pour le reste, il importe à mon avis de pratiquer, à votre façon, c’est à dire :

  • de faire de la théologie, de chercher en quel Dieu vous aimeriez croire, c’est d’abord une certaine conception de ce que vous considérez comme l’idéal du bien, du juste, du beau, du vivant. Déjà votre désir de progresser, votre rejet de la haine et de l’absurde est une bonne piste. Une théologie de base est très utile et très déterminant sur notre évolution personnelle.
  • De rester souple et de travailler par la lecture de la Bible et d’autres sources de réflexion et de philosophie, de science, d’art. Le culte sert à travailler cette question aussi
  • De prier, c’est à dire de méditer sur de « Dieu » auquel on croit, ou sur cet idéal que l’on se définit au point précédent, puis de chercher à mettre sa journée passée face à cet idéal pour se réjouir, pour espérer, pour se lamenter et pour faire son auto-critique… et évoluer ainsi, pas à pas, jour après jour.

Ne vous inquiétez pas de vos doutes, vos hésitations, vos faiblesses, votre déception de vous-même. Les progrès viendront. L’Evangile nous parle souvent de la foi sous forme de comparaisons agricoles : nous poussons à la vitesse d’un arbre. Les progrès sont insensibles mais bien réels. Que Dieu vous bénisse ainsi.

Mais peut-être que les traumatismes que vous avez subis, qui plus est dans l’enfance, demandent des soins, en plus de cette bonne dynamique de fond qu’apporte la foi ? Il n’y aurait aucune honte à cela, bien sûr. Il faut simplement mettre tous les atouts de son côté.

Bonne route, vous m’avez l’air bien mieux cheminer et être que vous ne le pensez !
& amitiés

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *