J’ai un ami proche qui, malheureusement, a régulièrement des pensées racistes et haineuses. Comment l’aider ?

Par : pasteur Marc Pernot

un panneau avec un smiley méchant - Photo by Andre Hunter on Unsplash

Aider, c’est toujours un accompagnement, pas à pas. Avec patience et bienveillance. Même Dieu n’a pas d’autre façon de faire.

Question d’un visiteur :

Bonjour,

En cherchant des réponses à certaines questions spirituelles qui me rongent ( qui suis-je? où vais-je? pourquoi? ), je suis tombé sur votre site qui a attiré toute mon attention.

J’ai un ami proche qui, malheureusement, a régulièrement des pensées racistes et haineuses. Ce n’est pas véritablement nouveau, ses pensées sont les siennes depuis toujours, sans que l’on puisse en déterminer leurs origines.

Son mal va en s’empirant, ses pensées et théories étant toujours plus radicales chaque jour que Dieu fasse.

Malgré cela, je sais que cette personne n’est pas mauvaise en soi, et je prie tous les jours pour que Dieu le remette dans le droit chemin.

Comment faire pour l’aider? comment puis-je l’influencer de manière positive?

Et finalement, le but définitif étant toujours celui-là, comment le mettre en relation avec Dieu?

Je vous remercie d’avance pour une réponse concrète, et mes prières vous accompagnent.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo pour votre recherche, votre questionnement. C’est une excellente chose pour devenir plus et mieux soi-même et vivre cette vie de la plus belle façon possible.

En ce qui concerne les autres, il est très très difficile de les amener à changer. C’est déjà difficile d’évoluer un petit peu soi-même.

Quand on aime une personne (aimer au sens de lui vouloir du bien, aimer d’agapè pour reprendre le mot grec), on l’aime telle qu’elle est, avec ses défauts et qualités, tout en espérant le meilleur pour cette personne, que ses bonnes potentialités s’épanouissent, ses blessures cicatrisent, ses manques et faiblesses se comblent. C’est manifestement ce que vous faites pour cet ami. Et donc bravo. Il a une grande grande chance. Déjà, au lieu d’être dégoûté de cette personne à cause de son attitude manifestement problématique, vous continuez à le considérer comme un ami et à lui vouloir du bien.

Comment faire pour l’aider à avancer ?

  • Ce genre d’attitude est probablement due à un problème assez profond, ce n’est pas de l’extérieur avec trois remontrances que cela va soigner ce monsieur. Il faudrait surtout qu’il puisse mieux se porter, avoir moins peur de je ne sais quoi, être plus conscient de sa propre valeur, peut-être. Car la volonté de rabaisser les autres peut être un réflexe pour se donner de la valeur à ses propres yeux, le sentiment d’exister ? Et donc agir positivement, en relavant plutôt toute bonne pensée ou bon geste qu’il pourrait lui arriver d’exprimer, toute qualité qu’il pourrait avoir en propre.
  • Ne pas surréagir à ses paroles racistes et haineuses, en effet, il me semble que dans un sens cela les valorise. Plutôt essayer de rendre plus poreuse les limites, par exemple pour son racisme, chercher un cas particulier qu’il pourrait éventuellement reconnaître comme une exception à sa théorie raciste.
  • Pour ce qui est de la foi, il n’est pas possible de le mettre en relation à Dieu contre son gré. Il me semble que le mieux dans ce domaine est de dire avec simplicité ce que la foi vous apporte, tout simplement. Mais comme vous diriez que vous avez lu un bon roman, trouvé un bon restau, ou que pratiquer un peu de course à pieds deux fois par semaine vous fait du bien. Ce n’est alors pas comme une leçon, et encore moins comme un chantage du genre « la Vérité avec un grand V c’est ça, et ceux qui ne vivent pas cela ne sont pas vraiment humains ». Et là encore, il y a beaucoup de stéréotypes qui bloquent des personnes pour se lancer à la découverte de cette dimension. Bien des personnes confondent la foi et la religion, la foi et l’église, une morale obligatoire, des actes religieux un peu mystérieux, une hiérarchie religieuse avec tout en bas le fidèle de base… Il serait bon que votre ami sente votre liberté de réflexion, ce qu’apporte cette recherche, la prière toute simple et intime, ce patrimoine qu’est la Bible. Ensuite,il pourra éventuellement découvrir que l’église est un outil à son service, une salle de musculation pour noter qualité d’être personnelle.

Bravo pour cette préoccupation si amicale et respectueuse pour cette personne.

Dieu vous bénit et vous accompagne. Ainsi que votre ami, même s’il ne le sait pas (ou pas encore 🙂

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. laetitia dit :

    En ces temps si difficiles où la souffrance domine je ne sais pas comment me placer .
    Je crois sincèrement que dieu est triste de voir les hommes commettre des actes horribles et je pense aussi sincèrement qu’il ne demande à personne de se battre pour lui .
    Je vis ici en France avec ses lois que l’on peut contester ou pas mais pasteur Marc que signifie alors mieux vaut obéir à dieu qu’aux hommes? Souvent j entends que nous obeissons aux hommes, il me semble que dieu n’est pas contre la loi, alors pouvez vous m éclairer s’il vous plait ?
    Bonne soirée

  2. Laetitia dit :

    J’espère de tout coeur que ma question n’a pas été offensante puisque pas de réponse.

    • Marc Pernot dit :

      Désolé, j’ai laissé filer votre commentaire, parce que j’étais en pleine préparation du culte du lendemain, et qu’ensuite d’autres commentaires sont arrivés par dessus…
      Votre question n’est pas du tout offensante. Elle est même très intéressante et fine.
      La loi des humains n’est pas divine. Il peut arriver que notre foi nous impose de ne pas être d’accord avec la loi humaine, quand elle est tyrannique, injuste. Dans l’histoire c’est arrivé si souvent. Mais dans le principe, oui, nous vivons en société et il est bon de respecter la loi de la société. C’est en ce sens que l’on peut dire qu’il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux humains. C’est une question de hiérarchie. Néanmoins, l’obéissance à Dieu n’est une obéissance à des commandements fixés par la tradition, par la Bible, ou par des institutions, c’est une obéissance à sa Parole vivante en nous, à l’Esprit qui éclaire notre conscience. C’est lui qui nous souffle si nous devons agir ou non contre la loi humaine, ou non. C’est ainsi que Jésus ne s’est pas battu contre les romains et ses impôts parfois exagérés. Même s’il y avait à redire, ce n’était pas dans sa vocation, dans ses priorités, cela aurait nuit à sa mission… probablement, puisqu’il ne l’a pas fait (ce qui a déçu bien de ses disciples). Peut-être que vous pourriez consulter cette prédication sur cette parole de Jésus « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. »

      Tout à fait d’accord avec vous quand vous dites Dieu ne demande à personne qu’on se batte pour lui », ce serait un Dieu bien faible pour se sentir offensé par l’injure d’un humain, et ayant besoin d’un humain pour le venger ! Ce serait placer Dieu en dessous de nous-même, un peu comme un enfant que l’on doit défendre et protéger car il ne peut pas le faire lui-même. Par contre, on peut remercier Dieu ouvertement pour ce qu’il nous a offert comme don, cela manifeste que nous nous reconnaissons comme en dessous de lui, et que nous reconnaissons ses qualités. Cela effectivement, est alors juste et bon.

  3. Laetitia dit :

    Merci d’avoir pris sur votre temps pour me répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *