J’ai appris qu’il y avait quelques choses que j’avais fait avant qui était considéré comme péché

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration : jeune femme souriante - Image: 'Lollapalooza Argentina 2018' http://www.flickr.com/photos/11956470@N02/40640490394 Found on flickrcc.net

Question d’un visiteur :

Bonjour Monsieur,
Il y’a un peu près 1 ans je vous ai demandé des conseils et vous m’avez beaucoup aidé !
J’avais fait comme une “pause” entre-temps mais je me sentais comme vide sans Jésus. Depuis j’ai commencé la Bible ! Juste en la lisant je sourie.
J’ai appris que pas tout les chrétiens ne faisait le carême (il n’y a que les chrétiens catholiques et orthodoxes) dont moi qui ne le fait pas. En revanche je vais faire le jeûne du Vendredi 15 avril.
Je me sens quand même triste de ne pas pouvoir aller à l’église à cause de mes parents qui ne savent toujours pas à quel point j’aime Jésus, je ne compte d’ailleurs pas encore leur dire car je sais qu’il vont mal réagir.
J’ai appris qu’il y’avait quelques choses que j’avais fait avant qui était considéré comme péché, donc j’ai prier pour me faire pardonner et là je suis entrain d’arrêter complètement de le faire.
Jésus m’aide et me fait devenir une meilleure personne.
Malgré tout ça je me demandais, si mon beau père se moque de la religion chrétienne et me demande si je le suis, je peux juste répondre non sans rigoler comme je l’ai fait ? Sachez que j’ai quand même prier pour ça parce que ça me faisait trop mal de croire que ça a pu blesser Jésus.
MERCI encore pour votre précieuse aide ! :))

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Vous entendrez des chrétiens, des pasteurs et des églises qui tiennent un discours moraliste, projetant un jugement sur les personnes : ça c’est un péché, ça c’est obligatoire, un chrétien ne fait pas ceci, un chrétien doit croire cela, un chrétien doit obligatoirement prier comme ceci, faire tel rite de telle façon, fêter telle fête…

C’est LEUR façon d’être chrétien. Tant mieux pour eux si cela les fait vivre d’une plus belle façon, si cela fait grandir leur confiance dans l’amour de Dieu, si cela les rend plus ouvert et respectueux des autres personnes.
Mais qu’ils ne prétendent pas fixer ce qui serait juste pour tous les chrétiens comme s’ils se rendaient possesseurs de Dieu (!) et détenteurs de sa volonté. Et s’ils osaient porter un jugement sur vous, cela serait plus révélateur de leur personne et de leur foi, mais ne dit rien en vérité de votre personne et de votre foi, car Dieu seul la connaît (et il l’apprécie, et il l’aime).

Pour savoir si une chose est bonne ou non, Jésus a donné une piste dans l’Evangile (Marc 12:28-30) : aimer Dieu, et aimer son prochain, comme soi-même.
Est-ce que ce que vous faites ou ne faites pas, produit ce genre d’effets :

  1. diminue votre amour de Dieu, votre confiance en lui, votre espérance en lui ? Si oui : alors c’est un point à travailler (avec lui), sinon : tout va bien de ce côté là.
  2. fait du tort à une personne, la blessant, la faisant se sentir mauvaise, ou troublant la fidélité de votre relation avec cette personne ? Si oui : alors c’est un point à travailler (avec Dieu), sinon : tout va bien de ce côté là.
  3. vous fait du tort à vous : vous rendant triste, déprimée, en colère, moins active, moins libre d’être vous-même ? Si oui : alors c’est un point à travailler (avec Dieu), sinon : tout va bien de ce côté là.

Ou est-ce que ce que vous faites ou ne faites pas, produit ce genre d’effets : vous aide à aimer plus et mieux Dieu ? Plus et aimer certaines personnes ? Plus et mieux vous aimer vous même comme une bonne personne que Dieu aime ? Alors génial, et ces activités sont à approfondir encore, et chaque petit pas en avant est à saluer dans la louange à Dieu.

C’est donc à vous de voir cela tranquillement, en confiance avec Dieu (puisqu’il sera toujours de votre côté contre ce qui n’irait pas), de vous faire ainsi votre propre opinion, votre bilan d’étape, vos résolutions.

Donc bravo pour votre façon de considérer le carême, le jeûne. Jésus a bien insisté sur le fait que c’est un exercice personnel et intime que l’on peut choisir de faire librement soi-même, surtout sans que ce soit obligé, et si possible sans que cela soit visible par les autres. De façon à privilégier l’authenticité de cette démarche. Ce n’est pas pour gagner des bons points auprès de Dieu (il nous aime déjà à mil pourcents), mais afin de, comme vous dites, devenir encore une meilleure personne en faisant place à un pas dans notre cheminement, avec l’aide de Dieu travaillant en nous avec nous, par son souffle (son Esprit).

Ne craignez pas de blesser Dieu, il n’est pas une fragile petite chose. De plus, il vous connaît, il voit votre cœur.
Et votre situation n’est pas facile, pour le moment. Qui ne pourrait pas le comprendre ? Dans la difficulté, on fait au mieux possible, seulement. Dans la confiance que Dieu comprend, bien sûr.

Personne n’est jamais vraiment « chrétien », il faudrait être parfait. Nous essayons seulement d’être chrétien. Pour l’instant nous sommes tous plus ou moins à mi chemin entre le singe, ou le sanglier furieux, et l’humain véritable. Ce n’est pas demain que nous serons « chrétien » au point d’être un modèle de foi et de vertu pour l’humanité entière.

Pour lire la Bible, j’ai mis quelques conseils sur le site, afin d’aider un peu, à aller en premier vers les textes les plus accessibles et nourrissants, et des conseils pour lire les passages difficiles voire choquants (il y en a aussi).

Dieu vous bénit et vous accompagne..

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Pierre dit :

    Votre amour en Jésus vous rend forte Mademoiselle, poursuivez votre chemin dans la lumière de notre Seigneur et ne laisser personne vous en détourner.

  2. Boursat dit :

    Bonsoir à tous !

    Voilà exactement ce que je voulais entendre comme réponse , je suis tout à fait d’accord avec vous pasteur et avec vous Pierre.

    Une belle affirmation du Pape François qui nous dit:

    Ne nous laissons pas voler l’espérance !

  3. Brebisdu27 dit :

    Bonjour, dans l’optique de  » péché ou pas péché « , étant donné que j’ai toujours tendance à analyser mes faits et gestes pour savoir si je péche ou pas. Pour éviter de dire des insultes, j’ai dis à quelqu’un  » Va te faire bénir  » mais je sais pas si utiliser ce mot pour remplacer une grossièreté est un blasphème. Car j’utilise un mot Saint pour remplacer une vulgarité. Comme si ce mot était lui même une vulgarité en lui même. Est-ce un péché de « se servir  » d’un mot Saint  » comme vulgarité ? Est-ce que s’est grave ?

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      Bravo de chercher à vivre le mieux possible, avec l’aide de Dieu.
      Je ne sais pas qui vous a appris à vous poser sans cesse cette question « péché ou pas péché », comme si vous aviez peur pour votre salut, comme si vous pensiez que Dieu compte les mauvais points et retiendra contre vous tel ou tel mauvais geste ou parole ?

      • En ce qui concerne votre salut, c’est une affaire réglée, déjà acquise puisque Dieu vous aime, que l’amour véritable est sans condition ni chantage.
      • La question est plutôt de vivre d’une façon constructive, en faisant du bien autour de soi, en aidant les gens à mieux se porter, en leur donnant si possible une bonne image de Dieu.

      En ce qui concerne crier contre une personne, il me semble que ce n’est pas très constructif de toute façon. Dans ce cas, Jésus renvoyait plutôt une question à la personne : pourquoi fais tu cela ? Vous pourriez lui demander « cela m’a blessé, est-ce que tu t’en es rendu compte ? Est-ce que tu aurais aimé que quelqu’un fasse la même chose à ta petite sœur ? » ou je ne sais quoi qui essaye de faire réfléchir, de faire grandir la personne en face. Si l’on n’a pas trop d’idée, mieux vaut peut-être juste laisser sans rien dire. C’est aussi ce que fait parfois Jésus.

      Le va te faire bénir est assez rigolo, c’est vrai. Et peut faire réfléchir la personne. Vous pourriez dire aussi « Dieu te bénit », tout court. Et avoir une pensée de prière pour que cette personne méchante puisse progresser ?

      Dieu vous bénit et vous accompagne

  4. Brebisdu27 dit :

    Bonjour Marc,
    Et bien ma grand-mère (une personne très croyante) à toujours eu une mauvaise image de Dieu (elle le voit comme quelqu’un qui punit) puis je suis une personne très anxieuse de nature qui rumine énormément. Et donc en effet, j’ai toujours une partie de moi qui a peur pour son salut.
    Oui bonne idée, j’avais peur que dire ce mot pour remplacer une vulgarité soit un péché 😅

    • Marc Pernot dit :

      Excellente idée de travailler sur votre confiance en Dieu. Par exemple en l’imaginant un instant comme la plus tendre et attentionnée des mamans, ou le plus tendre et attentionné des papas s’il vous venait d’avoir un instant peur de Dieu, comme s’il était un tyran sanguinaire prêt à abandonner à la mort les sujets moins performants…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.