Des personnes souhaitent absolument convertir/ reconvertir les autres, qu’en penser ?

Par : pasteur Marc Pernot

Une statue d'un évangélisateur brandissant une croix - Image par Michel Bertolotti de Pixabay

Tout est dans l’art et la manière, les moyens et les buts (profonds). Pourquoi évangéliser ? Pour le bien de l’église ? Pour soi-même ? Parce que l’on veut du bien à une personne que l’on aime ?

Question d’un visiteur :

Bonjour ! J’aimerais connaitre votre avis quant à une pratique très récurrente dans certaines églises : l’évangélisation.

À plusieurs reprises des personnes sont venues voir mes amis et moi pour nous parler de Jésus. Personnellement je me sens à chaque fois touchée car ce sont des personnes qui semblent particulièrement sincères et qui ont l’air heureuses dans leur foi. Dans la majorité des cas ce sont des personnes respectueuses quant à la pluralité religieuse. Par exemple une fois j’étais avec une amie musulmane et une femme lui a dit « nous avons tous le même Dieu, vous pouvez tout de même venir si vous souhaitez en connaître davantage sur Jésus, rien ne vous oblige à adhérer à notre foi » et j’ai trouvé cela formidable. Néanmoins j’ai déjà vu des vidéos de ces personnes qui souhaitent absolument convertir/ reconvertir en prétendant qu’il faut absolument être chrétien pour aller au Paradis. Je trouve ça réellement malsain.

Pour résumé, je trouve cela bien de vouloir partager son bonheur tant que l’on respecte autrui, mais je n’aime pas cette idée de vouloir absolument convertir.

Que pensez-vous de cela ?

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Vous êtes très sympa de discuter avec ces personnes.

Oui, c’est touchant, mais un peu fatiguant car quand on dit que l’on est déjà chrétien et impliqué dans une église ils continuent la plupart du temps à débiter leur discours tout prêt, ce qui me laisse à penser que plutôt que d’offrir le Christ à une personne, ils veulent gagner une personne pour leur église. Et cela me semble alors choquant. Ce n’est alors pas du respect pour la pluralité religieuse. Cela ne me semble pas non plus du respect pour la personne qu’ils rencontrent. Cela ne me semble pas non plus très respectueux du Christ, car ils pensent que leur église est plus importante que le Christ.

C’est ce que reflète votre témoignage, quand ce monsieur dit à la femme musulmane « nous avons tous le même Dieu, vous pouvez tout de même venir si vous souhaitez en connaître davantage sur Jésus, rien ne vous oblige à adhérer à notre foi » est-ce admirable ? Ce serait admirable si le monsieur avait dit « nous avons tous le même Dieu » donc toutes les prières convergent, tous les chemins vers Dieu se retrouvent au somment, bravo pour votre foi. La suite montre que c’est bien amener des personnes dans leur église qui leur importe. Je ne trouve pas que cela honore Dieu. A mon avis, si vous aviez demandé à ce monsieur s’il pensait qu’une personne musulmane pourrait être sauvée, je ne suis pas certain qu’il aurait dit oui. Si vous lui demandiez si une personne catholique peut être sauvée, il aurait peut-être même hésité, soit parce qu’elle n’est pas baptisée comme il faut, soit qu’elle prie d’une façon qui ne convient pas, ou il demanderait peut-être si elle croit effectivement que ceci et cela… L’ouverture serait alors du simple marketing.

Quant à mettre la pression sur une personne en lui disant qu’elle doit se convertir sinon elle ira en enfer ? Cela s’apparente à du chantage, de la menace. C’est d’une grande violence. Cela peut être très cruel quand en plus ce genre de discours tombe sur la tête d’une personne déjà en situation de détresse et de fragilité. Quand déjà elle ne se sent pas être une personne très valable, la personne est alors d’autant plus prête à être saisie par ce genre de procédés malhonnêtes. Le second problème est que si effectivement la personne se laisse attraper par ce procédé, c’est en réalité par égoïsme qu’elle va « se convertir/se reconvertir », ce n’est pas pour Dieu qu’elle le fait, mais pour garantir son propre petit salut à soi. Ce n’est pas la meilleure des raisons de se tourner vers Dieu.

Ce qui me semble être une bonne attitude est ce que vous proposez : « vouloir partager son bonheur tout en respectant autrui ». Cela peut amener à dire que l’on a apprécié d’aller au culte le matin, lu tel livre, vu tel site internet… que cela nous a intéressé, fait du bien. .Le dire comme on dirait que l’on est allé dans tel restaurant de poissons la semaine dernière et que vous l’avez trouvé génial et pas trop cher. Cela n’oblige pas la personne à avoir les même goûts (tout le monde n’aime pas le poisson), ni à visiter ce restau, mais c’est, comme vous dites un témoignage de ce que nous sommes, c’est déjà un geste de fraternité. Mais je ne me permettrais pas de demander à une personne d’aller au culte dans mon église. Je n’ai pas de conseil à lui donner si elle n’en demande pas. Il me semble que notre rôle est exactement ce que vous dites: partager notre bonheur à nous d’avoir cette dimension là dans noter vie. C’est d’ailleurs ce que l’on peut appeler du témoignage au sens propre, nous sommes alors témoins de ce que nous avons expérimenté. La personne à qui l’on en parle est ensuite assez grande pour juger si elle a envie d’y goûter…

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *