Déçue du manque de foi de mes enfants et du manque d’intensité de ma relation avec Christ

Par : pasteur Marc Pernot

portrait d'une jeune femme triste avec les cheveux sur le visage - Image par Jenffffjjppp de Pixabay

J’aime cette parole de Jésus a propos d’une femme : « pourquoi lui faites-vous de la peine… elle a fait ce qu’elle a pu ! » (Marc 6:6-8). Faire simplement ce que l’on peut et faire confiance pour le reste, c’est parfait.

Question d’un visiteur :

Bonjour
Je me suis convertie il y’a maintenant presque 4ans ainsi que mon époux.Mais nos enfants ne veulent rien entendre.Ma foi est souvent ébranlée a cause de situations que je vis avec les enfants..Et la je deviens colérique..Lorsque j’entend le témoignage des autres la manière dont ils vivent leur relation avec le Christ je me demande si c’est bien le meme Dieu.
J’aimerais tellement le rencontrer et connaître ce sentiment

Réponse d’un pasteur :

Bonjour madame

Bravo pour votre démarche de foi, à tous les deux, et pour votre espérance de la transmettre à vos enfants.

Franchement, ne vous inquiétez pas. Soyez vous-même, faisant ce que vous pouvez, à votre façon, avec confiance dans l’amour de Dieu.

La foi est quelque chose de personnel, d’intime. Vivez votre foi à votre façon, avec sincérité, aimez vos enfants tels qu’ils sont. S’ils be sont pas croyants, cela leur appartient et vous n’en êtes pas responsable. Il vaut mieux qu’ils refusent de l’intéresser à Dieu plutôt que d’être hypocrites et de faire semblant. La sincérité du cœur est essentielle. Et s’ils voient que vous les respectez comme ils sont, c’est un bon témoignage de la grâce de Dieu, car il aime, nous dit Jésus, même ses ennemis, il bénit même ceux qui le maudissent. Le mieux est donc de vivre votre foi de façon sincère, vous, d’aimer et respecter vos enfants. Vous aurez alors fait votre part. Personne ne peut vous demander plus. Dieu comprend, il connaît les cœurs.

Ensuite, je ne ne pense pas qu’il faille se comparer aux autres. Chacun est différent et la personne humaine est riche et complexe de multiple dimensions. Telle personne est toute vibrante de sentiment religieux et d’émotions. Telle autre personne ne ressent aucune émotion religieuse mais a une foi qui fonctionne par la tête, la réflexion. Une autre aura plus une foi qui se manifeste dans la compassion de son prochain. C’est le même Dieu unique, c’est nous qui sommes différents et c’est une richesse. C’est ce qu’exprime bien l’apôtre Paul quand il compare l’humanité à un corps avec de multiples membres différents : un œil, une main, un pied. La main ne voit rien, c’est vrai, ni n’entend rien non plus, elle est pourtant un génial membre du corps, bien utile. Si on se compare avec les autres, on risque de se sentir nul alors que nous avons notre propre façon d’être qui vaut tout autant que celles des autres.

Ensuite, la vie spirituelle est quelque chose d’intime entre nous et Dieu, entre Dieu et nous. Jésus insiste là dessus fortement dans son enseignement sur la prière et autres actes religieux. Se vanter de sa belle relation à Dieu a quelque chose d’obscène, une sorte d’exhibitionisme spirituel. Comme le dit Jésus, ceux qui publient l’intensité de leur relation à Dieu cherchent à se faire bien voir aux yeux des humains. N’y faites pas attention. Soyez vous-même, tels que vous êtes, et ce sera déjà très bien. Votre humilité est saine. Vous faites de la place chaque jour à Dieu si possible même plusieurs fois par jour, même une seule seconde, dans le secret. Tel que cela vous vient. Faites confiance à Dieu, il en fera votre affaire.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *