corde effilochée - Bravo pour cette recherche biblique. En effet on trouve : Matthieu 12:30, Luc 11:23 "Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse." Luc 9:50, Marc 9:40 "Ne l’en empêchez pas, lui répondit Jésus; car qui n’est pas contre vous est pour vous." Cela montre déjà une chose : on ne peut pas faire un absolu d
Bible

« ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi », ou « pas contre moi sont avec moi » ?

Par : pasteur Marc Pernot

corde effilochée - Bravo pour cette recherche biblique. En effet on trouve : Matthieu 12:30, Luc 11:23 "Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse." Luc 9:50, Marc 9:40 "Ne l’en empêchez pas, lui répondit Jésus; car qui n’est pas contre vous est pour vous." Cela montre déjà une chose : on ne peut pas faire un absolu d'un seul verset de la Bible, même quand il est très clair, et même quand il est dans la bouche de Jésus lui-même. Surtout pas, je pense quand il est dans la bouche de Jésus car il est manifestement un habitué des paroles choc, pour stimuler et faire réfléchir. Ensuite, la vie humaine est une réalité complexe : Une part de nous-même peut être et vivre en communion avec le Christ, ou plutôt ce qu'il incarne (comme le dit Jean "quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu" (1 Jean 4:7), ce n'est donc pas d'abord une question de confession de foi. Une part de nous-même peut être opposée au Christ, ou en tout cas être bien bien éloignée de ce qu'incarne le Christ. C'est normal. Donc ces deux versets se complètent et parlent, en quelque sorte, plus ou moins, de chacun de nous. Par conséquent "celui qui est..." est à lire plutôt au sens de "ce qui, en chaque personne, groupe, est...". Puisqu'au sens propre, personne n'est à 100% dans une de ces cases. Il est possible de noter que le 2nd verset s'applique quand nous sommes choqué que telle ou telle personne ou groupe agit au nom du Christ et ne fait pas partie de notre propre groupe. Nous avons tendance à avoir l'impression que le Christ est de notre côté et pas (ou moins) du côté du collègue qui ne fait pas comme nous ou pas avec nous. Jésus nous dit "laissez les faire", en agissant en parallèle, nous sommes déjà ensemble. Cela donne une belle façon de comprendre l'unité en Christ, unité que Jésus appelle dans la prière (Jean 17:21-23), ce n'est pas être tous identiques, tous dans un même groupe, mais être relié d'une certaine façon au Christ, ou pour le moins de pas être "contre", pas être "opposés", travaillant à saborder le travail des autres. C'est ce que font précisément Jean qui interrogent Jésus en lui disant "Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas.” (Luc 9:49). Si Jésus demande cela c'est bien qu'il a senti que quelque chose n'allait pas dans ce que lui et les autres apôtres ont fait. C'est eux qui ont agi "contre", et Jésus n'approuve pas. C'est ce type d'attitude qui déchire l'unité en Christ. Là, oui, ça disperse, éparpille façon puzzle le corps du Christ. Donc, merci pour cette belle interpellation. Décidément, la Bible et les Évangiles en particulier sont bien stimulants. Dieu vous bénit et vous accompagne. Photo de engin akyurt sur https://unsplash.com/fr/photos/MGScaQTG8To

Ça s’unit ou ça s’effiloche ?

Question posée :

Bonjour,

A un endroit, Jésus dit « ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi »
et à un autre endroit « ceux qui ne sont pas contre moi sont avec moi »

Si je considère un agnostique,
selon la première expression il est contre Jésus/Dieu,
mais selon la seconde expression il est avec Jésus/Dieu.

Comment concilier cette contradiction ?

Merci

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo pour cette recherche biblique. En effet on trouve :

  1. Matthieu 12:30, Luc 11:23 « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse. »
  2. Luc 9:50, Marc 9:40 « Ne l’en empêchez pas, lui répondit Jésus; car qui n’est pas contre vous est pour vous. »

Cela montre déjà une chose : on ne peut pas faire un absolu d’un seul verset de la Bible, même quand il est très clair, et même quand il est dans la bouche de Jésus lui-même. Surtout pas, je pense quand il est dans la bouche de Jésus car il est manifestement un habitué des paroles choc, pour stimuler et faire réfléchir.

Ensuite, la vie humaine est une réalité complexe :

  • Une part de nous-même peut être et vivre en communion avec le Christ, ou plutôt ce qu’il incarne (comme le dit Jean « quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu » (1 Jean 4:7), ce n’est donc pas d’abord une question de confession de foi. Une personne qui est agnostique par sa tête peut donc tout à fait être en communion avec Dieu par les tripes, ou en tout cas être reconnue par Dieu, d’après Jean, comme des personnes « avec ».
  • Une part de nous-même peut être opposée au Christ, ou en tout cas être bien bien éloignée de ce qu’incarne le Christ. C’est normal. Donc ces deux versets se complètent et parlent, en quelque sorte, plus ou moins, de chacun de nous.

Par conséquent « celui qui est… » est à lire plutôt au sens de « ce qui, en chaque personne, groupe, est… ». Puisqu’au sens propre, personne n’est à 100% dans une de ces cases.

Il est possible de noter que le 2nd verset s’applique quand nous sommes choqué que telle ou telle personne ou groupe agit au nom du Christ et ne fait pas partie de notre propre groupe. Nous avons tendance à avoir l’impression que le Christ est de notre côté et pas (ou moins) du côté du collègue qui ne fait pas comme nous ou pas avec nous. Jésus nous dit « laissez les faire », en agissant en parallèle, nous sommes déjà ensemble. Cela donne une belle façon de comprendre l’unité en Christ, unité que Jésus appelle dans la prière (Jean 17:21-23), ce n’est pas être tous identiques, tous dans un même groupe, mais être relié d’une certaine façon au Christ, ou pour le moins de pas être « contre », pas être « opposés », travaillant à saborder le travail des autres. C’est ce que font précisément Jean qui interrogent Jésus en lui disant « Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas.” (Luc 9:49). Si Jésus demande cela c’est bien qu’il a senti que quelque chose n’allait pas dans ce que lui et les autres apôtres ont fait. C’est eux qui ont agi « contre », et Jésus n’approuve pas. C’est ce type d’attitude qui déchire l’unité en Christ. Là, oui, ça disperse, éparpille façon puzzle le corps du Christ.

Donc, merci pour cette belle interpellation.

Décidément, la Bible et les Évangiles en particulier sont bien stimulants.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *