De l’importance de ne pas choisir n’importe quelle version de la Bible ?

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Marc Pernot Anonyme dit :

    Je ne veux surtout pas vous inonder avec mes commentaires.
    Je me doute que vous en recevez à foison…
    À titre exceptionnel donc, je tiens à vous remercier pour la critique que vous avez rédigée au sujet de la traduction de la Bible en français courant.
    Je partage entièrement les remarques que vous présentez.
    Surtout…
    Surtout, j’apprécie que vous ayez souligné ce que peuvent sous-entendre les choix faits par le traducteur.
    Le texte original est “tordu” parce qu’il est probable que ce qui est enseigné par l’Église fréquentée par ce traducteur est “orienté”, ou plutôt “désorienté” (ce qui vient de l’Orient apporte la Lumière) ; il est permis de s’interroger sur l’enseignement dispensé par l’Église en question : n’induit-il pas une compréhension des textes, de la Vie, de la relation à DIEU, de la relation aux autres qui relève de l’enfermement, de l'”enténèbrement” ?
    Joachim du Bellay disait déjà que traduire, c’est trahir.
    Par votre article, vous nous avez montré les raisons possibles, probables, qui ont conduit le traducteur de la Bible en français courant à trahir le texte original.
    Je ne sais pas quel regard son Église porte sur les pécheurs (que nous sommes tous).
    En tout cas, il semble permis de s’interroger : sa traduction ne rate-t-elle pas la cible (un des sens du péché) ?

  2. Marc Pernot Marc Pernot dit :

    Grand grand merci pour cet encouragement !
    C’est vrai que la Bible en français courant me semble la pire de toutes. Cela dit, il n’y a pas de traduction parfaite. Mais il y a des traducteurs qui essayent.
    A mon avis, le tort de cette édition de la Bible est de présenter cela comme une “traduction” alors que comme témoignage c’est tout à fait respectable. C’est une paraphrase témoignant d’une façon possible de s’approprier le texte biblique, et en ce sens cet effort est alors fidèle car c’est ce qu’appelle le texte biblique : une réponse personnelle. La faute serait alors de présenter une interprétation comme étant le texte. De même, nous assumons que la prédication sur un texte biblique n’a pas le même statut que le texte biblique lui-même. Nous ne mélangeons en général pas les deux.
    Amicalement, et avec gratitude

  3. Thomas dit :

    Bonjour je comprend que certains mots peuvent être différents finalement mais au final toutes les phrases de tout les exemplaires ont le même sens/signification.

    Finalement quand on regarde votre comparaison on comprend que c’est la même chose qui est dite.

  4. Marc Pernot Marc Pernot dit :

    On peut penser cela…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *