Aidez-moi, j’ai un père insupportable !

Illustration : une jeune fille avec une larme, regarde à travers une vitre - Image: 'If only' by Gaia Li Mandri  https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/129344810@N05/35924767415

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur , je suis une jeune fille de 22 ans ,voila . je crois que j’ai des problèmes avec mon père … on se dispute vraiment très souvent et de jour en jour se construit une haine en moi … il pense tout contrôler et jamais il a tort… même des fois qu’on se dispute il arrive à me menacer et dire des choses horribles… pour moi,il n’a jamais été un bon père ,un bon exemple parce que jusqu ici il n’a montré que son coté pervers et irrespectable…. il me parle de respect alors qu’on ne voit aucun respect dans ses paroles… aider moi s’il vous plaît .que dois je faire ?

Réponse d’un pasteur :

Bon courage ! Vraiment bon courage.

On n’a pas les parents que l’on mérite. Ils sont ce qu’ils sont. Souvent, nous arrivons à bénéficier du meilleur et de passer par dessus leur imperfection. Mais il arrive que ce soit vraiment dramatique.

 

Comment faire ? Si ce n’est pas trop trop insupportable, le mieux me semble être d’essayer (je ne dis pas que ce soit facile) d’être comme un édredon. Répondre en calmant le jeu. Toujours un cran en dessous. En étant polie, respectueuse, un peu distante, parlant peu, n’argumentant pas (cela n’importe pas de gagner le match contre lui, de toute façon, vous ne le convaincrez pas). Bien des méchants jouissent de la détresse de l’autre, de sa réaction de douleur et de peine, de la violence en retour. Alors qu’un « Ah, oui oui, d’accord, tu as raison. » ou un « Bien compris, je suis désolée! » est bien moins amusant pour lui.

Et puis vous êtes bientôt tirée d’affaire, peut-être, avec un travail, une autonomie dans peu de mois, d’années ?

C’est vrai que ce n’est pas facile de supporter une mauvaise ambiance de vie, car au jour le jour, cela nous use, on rentre chez soi la boule au ventre, et ce « chez soi » n’est donc pas un lieu où l’on reprend des forces. Une mauvaise ambiance et cette fatigue peuvent troubler notre moral, nous faisant voir les choses sombrement, avec l’illusion que nous sommes nul, coupable, sans valeur, sans avenir. C’est faux bien entendu. Et c’est bon de savoir que c’est faux, que c’est une illusion compréhensible. Parfois, si ce n’est pas trop terrible il est possible de prendre du recul et de trouver au moins un lieu d’épanouissement. la foi aide aussi grandement car Dieu est d’un grand secours pour nous donner de la force et un éclairage. Quelques amis fidèles aussi sont d’un grand grand secours. Mais si vous sentez que vous êtes entrain de sombrer dans la déprime, si la maltraitance devient horrible, s’il y a des coups : il faut absolument fuir. Il y a des services sociaux, des associations pouvant apporter de l’aide. Ou une de vos grands-mères peut-être ? Une marraine ?

Il y a un danger encore sur lequel je voudrais attirer votre attention, j’ai plusieurs fois rencontré des filles un peu dans votre cas qui sont tombées amoureuses ensuite d’un homme à peu près aussi pervers et violent que leur père. Cela demande donc réflexion, et de faire un travail sur soi pour nourrir un bon discernement, au delà de la première impulsion ?

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Daniel Mugaruka kashisha dit :

    Je compatis avec toi, mais je te conseil de mettre ta COnfiance dans le Seigneur Jésus-Christ c’est lui qui est venu guérir ceux-la qui ont des coeurs brisés Luc 4,18 et psaumes 147,3.
    Merci et que Dieu vous soutienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *