L’Eglise dont je rêve est un peuple nomade…

Par : pasteure Laurence Mottier

illustration : église en pierre et/ou église en marche sur un pont - Image parPexels de Pixabay
L’Eglise dont je rêve est un peuple nomade.
Elle se redit sans cesse : « Mon père était un araméen errant ».

L’Eglise dont je rêve n’a pas la vérité
Mais elle montre du doigt
Celui qui est » le chemin, la vérité et la vie. »

L’Eglise dont je rêve n’a pas plus de prétentions
Que son Maitre dont la vie n’était qu’errance et semence.

L’Eglise dont je rêve aime le monde tel qu’il est,
traversé par le péché et par la grâce.

L’Eglise dont je rêve a une prédilection originelle
Pour ceux qui n’ont ni savoir, ni pouvoir, ni avoir.

L’Eglise dont je rêve ne juge pas, elle dialogue
à l’image d’une réalité qui est encore devant elle, le Royaume.

L’Eglise dont je rêve n’est pas une pyramide.
« Tous responsables dans l’Eglise » dit-elle, mais il faut du temps
Pour faire ce qu’elle dit.

L’Eglise dont je rêve sait que la Bonne Nouvelle est
Toujours bonne et toujours nouvelle.

L’Eglise dont je rêve, c’est toi, c’est moi, c’est nous.

Pasteure Laurence Mottier,
texte inspiré par le Père Roger Michel, rédemptoriste.

N’hésitez pas à proposer une prière qui vous a aidé à prier.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *