Pourriez-vous m’indiquer un bon commentaire des Evangiles et/ou du Nouveau Testament, s’il vous plaît?

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Le Mecreant dit :

    Il me semble que l’utilisation de plusieurs traductions est aussi un aide a la réflexion et a l’interrogation personnelle sur le sens du texte. Et j’utilise aussi la Chouraqui pour avoir une traduction qui apporte une autre culture (juive)

  2. Jacques Herman dit :

    Je suis totalement de l’avis de Marc Pernot concernant les commentaires infrapaginaux. En revanche, des notes dites “essentielles” (qui concernent l’une des deux éditions de la TOB, la Segond Colombe et la NBS dite d’étude) me semblent plus utiles que des versions toutes “nues” comme l’ancienne synodale, la Darby voire l’édition NBS sans notes. Il me semble qu’il faut a minima une version à parallèles (dans le sens “cross references”) comme les versions Segond 1910 et NEG 1979. A mon avis, les versions les plus dangereusement orientées sont celles qui contiennent les commentaires de Scofield (dispensationnalisme et littéralisme) et de MacArthur (fondamentalisme américain). Les interlinéaires me semblent toujours utiles, les souvenirs de grec et d’hébreu ayant tendance à s’estomper avec l’âge, mais ces bibles interlinéaires sont toutes dépourvues de notes essentielles et de surtout de parallèles.
    D’accord aussi avec Marc Pernot à propos de la Bible en Français courant, la moins recommandable sans doute, dont on attend la sortie de la révision le 20 septembre 2019 sous la dénomination de “Nouvelle Français Courant”. Je me suis toujours demandé pourquoi les interlinéaires présentent en bas de page la traduction de la Français Courant en plus de celle de la TOB.

  3. Marc Pernot Marc Pernot dit :

    Grand grand merci pour ce commentaire bien riche et intéressant.
    Je crains que la “nouvelle français courant” ait été faite dans la même logique de traduction dite “dynamique” ce qui est une jolie façon de présenter que le “traducteur” produit quelque chose qui se situe entre la paraphrase et la prédication. Dans le style bible pour les personnes ayant un vocabulaire très limité, il y a la “parole de vie” qui est encore assez raisonnablement proche du texte. Mais la démarche de la Réforme a été d’apprendre à lire aux personnes afin qu’elles aient accès direct aux écritures, je pense que cela vaut la peine d’encourager les personnes à prendre une NBS d’étude (comme le dit Jacques Herman), de progresser dans la richesse de son vocabulaire, et donc aussi dans une certaine finesse de pensée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *