12 juin 2023

Un rabbin à l'extérieur, dans Jérusalem - Photo de Maayan Nemanov sur https://unsplash.com/fr/photos/o9QAKPbEYLQ
Question

Le vrai messie – une réponse juive aux missionnaires, qu’en penser ?

Par : pasteur Marc Pernot

Un rabbin à l'extérieur, dans Jérusalem - Photo de Maayan Nemanov sur https://unsplash.com/fr/photos/o9QAKPbEYLQ

Se convertir, c’est se tourner vers Dieu. A sa façon, sincère, authentique.

Question posée :

Bonjour,

Voici ce que les juifs ont pour arguments pour réfuter que Jésus soit le Messie… Le moins que l’on puisse dire est qu’ils sont très poussés… la page 27 est très intéressante.

C’est un livre qui s’appelle The Real Messiah – A Jewish Response to Missionaries,

Il est trouvable sur internet.

Très intéressée pour avoir votre retour sur la question…

Merci à vous !

Réponse d’un pasteur :

Bonjour,

Merci, c’est intéressant.

Il est hors de question pour nous de chercher à « convertir » des juifs à la foi chrétienne. On se convertit à Dieu en se tournant vers lui, une personne déjà tournée vers Dieu dans le cadre du judaïsme est plus que tout à fait respectable. Bien souvent, Jésus laisse la personne qu’il rencontre suivre son propre chemin sans lui donner l’ordre d’entrer dans sa bande de disciples. Faisons confiance à Dieu. Ensuite, si cette personne s’intéressait à Jésus, bienvenue au club, mais cela lui appartient, bien entendu. Et une attitude agressive de chrétiens cherchant à dévaloriser la foi juive n’est pas la meilleure façon de donner envie au monde en général, et aux juifs sincères en particulier, de s’intéresser à Jésus-Christ.

J’ai jeté un œil sur cet ouvrage que vous signalez. Leur argumentation est loin très trèèèès loin d’être objective. C’est un pamphlet polémique. Rien que cela attire l’attention et relativise le sérieux des arguments donnés.

En particulier, le fait que ce livre fait comme si la lecture au sens spirituel n’existait pas, alors que c’est un grand classique de l’herméneutique rabbinique de lire « selon le midrash ». En particulier en ce qui concerne le récit de Marie et de l’ange qui est un midrash de la création et la chute de Genèse 2 et 3. C’est de la mauvaise foi.

En ce qui concerne le fait que Jésus n’a pas accompli de mettre la paix dans le monde, certes. Mais cela remet en cause une certaine idée de Messie qui agirait comme avec un coup de baguette magique. Ce n’est manifestement pas le cas, mais ce n’est pas non plus crétin de penser qu »‘il n’y a pas d’autre façon de faire la paix que de proposer à chaque personne d’aimer Dieu et d’aimer son prochain comme soi-même. Et que cela ne pourra en aucun cas se faire de façon magique de l’extérieur de l’humain. En tout cas, cela fait sens. Ensuite on a le droit de ne pas aimer cette piste, mais il n’en demeure pas moins que c’est une option qui a du sens.

L’auteur exploite la piété populaire chrétienne de conception miraculeuse, de retour du Christ, de Jésus-Dieu. C’est à la fois une critique que nous pouvons entendre, mais ce n’est pas honnête de mettre cela sur le dos de l’ensemble des chrétiens, et encore moins contre la foi en Jésus comme Messie. C’est comme si je prenais les discours de juifs radicaux pour salir l’ensemble du judaïsme. Ce n’est pas une façon de faire. Il vaut mieux aller chercher le meilleur d’un courant de pensée pour s’ enrichir soi-même, quitte à ne pas tout prendre non plus. Il y aurait de quoi faire en ce domaine pour un juif be reconnaissant pas Jésus comme Messie mais le reconnaissant comme une grande figure du judaïsme ayant effectivement répandu la connaissance de l’Eternel dans le monde entier, ainsi que la lecture de la Bible hébraïque. Et s’en réjouir, plutôt que de chercher à le salir. Ce serait effectivement une façon de bâtir la paix, plutôt que de chercher à mettre la division, la moquerie. Et cela salit le nom de l’Eternel, ce qui n’est pas une bonne chose. Notre monde n’a pas besoin de cela.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

Un commentaire

  1. Aston Martin dit :

    Merci pour ce partage.
    Il n’y a pas besoin de chercher à convertir les Juifs à la foi chrétienne : certains se débrouillent très bien tous seuls !
    En effet, ce phénomène méconnu de conversions massives de Juifs pieux devenant subitement des « Chrétiens messianiques » est en augmentation en Israël.
    A l’image de ce rabbin orthodoxe célèbre et vénéré qui fit son coming out il y a quelques années en provoquant le scandale lors d’une interview sur une chaîne de radio israélienne en déclarant : « Je me suis trompé toute ma vie : Yeshoua est le Messie ! »
    Des Juifs, mais aussi des Arabes israéliens, musulmans, qui se convertissent subitement à Jésus, devenant des « Believers » : des chrétiens messianiques.
    Les églises messianiques chrétiennes (dont une catholique à Jérusalem) rassemblant majoritairement des Juifs convertis se multiplient en Israël. Certaines encouragées par les mouvements évangéliques et messianiques américains. Elles entendent renouer avec l’esprit et la tradition de l’église primitive de Jérusalem, constituée essentiellement de Juifs disciples de Jésus.
    Ces Juifs chrétiens s’opposent parfois dans leur prosélytisme messianique aux Juifs sionistes messianiques ultra religieux proches du pouvoir actuel. Lesquels attendent voire cherchent à précipiter l’avènement de « leur » messie, clairement distinct de l’imposteur Jésus.
    Une effervescence religieuse palpable à chaque coin de rue dans la Vieille ville de Jérusalem, et qui fait écho à l’effervescence messianique et apocalyptique qui régnait au temps de Jésus, avec des prophètes et messies en tous genres qui surgissaient un peu partout.
    Quant à l’intérêt du monde juif pour « Rabbi Yeshoua Ben Yossef Ben Myriam », ce prophète Jésus embarrassant et cause de bien des malheurs au cours de l’Histoire, il est bien réel et suscite de nombreuses études, publications et tentatives de réappropriation depuis plusieurs décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *