La Création décrite par la Bible est-elle compatible avec l’évolution décrite par la science ?

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration : l'évolution dans trois dessins humoristiques - https://www.flickr.com/photos/rizzato/3009376110/sizes/o/in/photostream/

Question d’un visiteur :

J’aimerais beaucoup connaitre votre opinion sur la Création t-elle que décrite par la Bible et sur l’apparition de la Terre et de l’Homme telle qu’expliquée par la science et Darwin. Pour vous ces définitions sont-elles compatibles l’une et l’autre ? Par ces interrogations je n’entends pas du tout remettre en question la véracité de la Bible, mais ayant un esprit curieux, je trouve très intéressant de confronter la science et la religion.

Ainsi, pour ma part, concernant la théorie du « Big-Bang » je ne trouve pas qu’elle soit en contradiction avec la description de la Création décrite dans la Genèse. Je veux dire par là, qu’il n’est pas impossible de penser que ce phénomène dit le Big-Bang soit l’oeuvre de Dieu et que par la suite, Il créa la lumière, l’eau, et etc. Cependant, dans cette hypothèse, il faudrait admettre que la Bible, dont la Genèse, ne doivent pas être lues littéralement et qu’un jour n’est pas 24 heures mais peut décrire une période plus longue, de plusieurs années. Qu’en pensez-vous ?

Mais en réalité, mon interrogation porte essentiellement sur la thèse de Darwin confrontée à la Création. Je trouve cette théorie difficilement compatible avec la Bible. Mon interrogation est d’autant plus vive que certains courants chrétiens (ex, l’évolution théiste) ou certains hommes religieux tels que l’ancien Pape Jean-Paul II considère la théorie de l’évolution comme « plus qu’une hypothèse », bien qu’il nuança en précisant qu’il faut parler davantage de théories de l’évolution.

Au cours de mes « recherches », j’ai pu trouver différentes hypothèses :

  • Tout d’abord, j’ai pu constater que certains pensent possible que lorsque l’Homme fut créé il n’était pas un Homme tel qu’on le conçoit aujourd’hui mais une sorte « d’homme singe » (ou homme préhistorique) dans lequel Dieu aurait insufflé une âme. Pour ma part, je trouve cette solution très peu crédible.
  • L’autre solution serait de considérer comme dit plus haut, qu’il ne faut pas lire littéralement la Bible et qu’ainsi la Terre n’aurait pas été en créée en six jours, Dieu s’étant reposé le septième jour, mais sur une plus longue période dans la mesure où un jour n’égalerait pas 24 heures. Par conséquent, il serait alors possible de penser que ces « hommes préhistoriques » -dont on ne peut ignorer l’existence car ne serait-ce pas alors de l’obscurantisme ?- ont existé pendant cette période avant le premier Homme, c’est-à-dire, avant qu’Adam ne soit créé au sixième jour. Durant cette même période au cours de laquelle auraient existé les créatures préhistoriques telles que les dinosaures et autres. Par conséquent, ces créatures auraient bien existé mais en aucun là seraient les ancêtres de l’Homme.

J’espère ne pas vous avoir trop ennuyé par cette longue argumentation et ne prétend pas non plus avoir trouvé la solution, la vérité appartient à Dieu, mais le sujet m’intéresse particulièrement c’est pourquoi j’aimerais connaitre votre avis sur la question de l’évolution.

En espérant que vous trouviez le temps de me répondre,

Respectueusement,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Ce n’est absolument pas la Bible qui serait remise en cause par la théorie de l’évolution, mais simplement une certaine interprétation de la Bible.

En effet, globalement, la Bible fait connaître non pas Dieu comme ayant créé dans le passé et s’étant ensuite arrêté (comme le pensait un peu Voltaire, avec un Dieu qui aurait créé l’univers comme un horloger une pendule, puis se retirant en laissant tourner ensuite), mais la Bible nous représente plutôt Dieu comme sans cesse créateur, y compris dans le présent. Et donc si la première page de la Genèse présente la création comme achevée le 7e jour, il n’est absolument pas obligatoire de voir là une obligation de le prendre au sens matériel.

Mais, de toute façon, la Genèse n’est pas un livre de science. Ce récit de création ne parle pas du passé, du Big Bang ou d’autre chose, mais du présent de l’action de Dieu pour nous. Ainsi, quand il est question que Dieu crée par sa Parole en disant « que la lumière soit » le texte invite à une recherche fondamentale de sens, en dialogue avec Dieu, avec la transcendance, avant toute chose. Et c’est la source de toute évolution positive, de toute conversion, de toute créativité, de toute vraie fécondité.

Le chiffre de 7 est un nombre important. Et comme toujours, dans la Bible, quand un chiffre important est indiqué il ne désigne pas une quantité mais la qualité de ce dont parle le texte. Le chiffre 7 est l’union du 4 (évoquant la terre, comme les 4 points cardinaux) et du 3 (évoquant depuis toujours Dieu, à cause du triangle qui est la seule figure géométrique stable, et à cause de cela est partout la base de toute construction, de toute charpente). Le 7 évoque donc une création matérielle (4) bénie par Dieu (3), au lieu d’être une opposition. Dire que la création s’achève le 7e jour est signe de cela, et est en polémique avec des conceptions du monde matériel comme mauvais et opposé en toute chose au spirituel. Il ne faut donc pas imaginer les 7 jours comme évoquant 7 fois 24 heures de notre temps, ce n’est pas de cela dont parle le texte, et ce n’est absolument pas la question de ce texte, et se focaliser là dessus serait passer à côté du sens profond de ce texte qui nous appelle à la fois à nous ouvrir à la dynamique de création qu’est Dieu par son Esprit, et à aimer ce monde où nous sommes, à nous y investir à l’image de Dieu.

Amitiés fraternelles

pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Decaux dit :

    il n’empèche que la création de l’univers, du système solaire de la terre(l’eau et les terres) de son orbite autour du soleil( le jour et la nuit) des premiers etres vivants, poissons oiseaux mammifères et l’homme sont une suite logique! comment ceux qui ont décrit la genèse de la bible avec leurs connaissances d’il y a plusieurs millénaires ne se sont ils pas trompés! c’est pour moi un signe que la génèse n’a pas été inventée par hazard! mais surement inspirée. ont pourrait en dire autant des prophétie sur le Christ !

  2. SALAH-FEUILLET dit :

    Par contre le pasteur n’a pas répondu à la question du visiteur sur le fait de l’homme préhistorique, « avait-il une âme? » Qui peut avoir une réponse à ce sujet?

    • Marc Pernot dit :

      Cette histoire d’âme insuflée n’était pas la question du visiteur, mais une de ses hypothèses, qu’il jugeait peu crédible.
      Mais si vous posez la question, je répondrais d’abord que la notion d’âme n’est pas une notion biblique mais plutôt grecque. Ce qui est parfois traduit par le mot « âme » dans des éditions de la Bible est l’hébreu néphesh, et les animaux sont appelés des déphèsh hrayah, des néphesh vivants (Genèse 1:21, par exemple). Des êtres vivants. L’humain est aussi un néphesh rayah, un être vivant. Et tous sont bénis par Dieu et il fait alliance avec les humains comme les animaux. Ensuite, l’humain a une vocation particulière. Et Dieu donne de son souffle à l’humain, il le crée à son image. Dans l’histoire de l’évolution des espèces, on distingue souvent comme marqueur de l’humain le fait d’avoir des rites d’ensevelissement des morts. Mais je pense que le projet de Dieu est né bien avant et dans ce sens il reconnaissait déjà dans ce que nous appelons un préhominien, dans des primates, un être ayant pour vocation à évoluer avec une capacité de créativité particulière. Dans l’espérance de Dieu, ces primates étaient un peu comme nous, pas encore tout à fait humain au sens où Dieu l’espère, l’humain que nous observons en Christ. Et pourtant Dieu nous reconnaît, nous nomme « humain » par sa grâce, alors que nous ne le sommes objectivement qu’imparfaitement.

      • Pascale dit :

        Quelle belle réponse qui intègre si bien le concept d’évolution ! À mettre en perspective avec la gestation, évoquée dans une récente prédication, qui est un vécu en accéléré de l’évolution, car dans l’hypothèse d’une âme présente dans un corps, on pourrait aussi se demander à quel moment l’être humain reçoit une âme.
        À mettre encore en perspective avec la notion d’Esprit Saint qui est, là aussi, à vivre comme une évolution et non pas comme une rupture avec une vie sans, puis une vie avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.