Jésus dit que Dieu se révèle plus aux enfants qu’aux sages, c’est contre l’intelligence ?

Par : pasteur Marc Pernot

bébé rigolo - Image par Pexels de Pixabay

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur, et comme beaucoup qui vous écrivent, je vous remercie de tout cœur pour ce site, vos réponses, vos mises en ligne. Je suis chrétienne, sans me sentir attachée à une confession particulière.

Vous parlez souvent de l’importance d’une foi qui se questionne, se remet en question, « intelligente », et je suis tentée de participer de cette conviction.

Mais alors, comment articuler cela avec ce passage de Matthieu 11.25 « A ce moment-là, Jésus prit la parole et dit: Je te suis reconnaissant, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents et les as révélées aux enfants. »

J’entends que Jésus ne parle pas là d’enfants au sens de l’âge, mais bien plus d’une attitude de dépendance, de simplicité, d’humilité. En opposition aux sages et intelligents qui font confiance et comprennent avec leur logique et leur raison. Cela me donne l’impression que Jésus indique que connaître Dieu, vivre avec et en Lui, ne s’acquiert pas par des analyses ou études, mais en plaçant sa foi simplement et humblement en Lui, sans forcément chercher à décortiquer le quoi et le comment.

Cela me semble paradoxal et je comprends mal le sens de ce verset.

Pouvez-vous m’éclairer ?

Merci d’avance.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Madame,

Merci beaucoup pour vos encouragements, c’est très sympa et précieux.

Votre question est tout à fait pertinente et effectivement cela donne à penser. Car effectivement Jésus fait manifestement et explicitement tout pour éveiller la réflexion personnelle de chacun.

Premièrement, ce que je remarque c’est que Jésus présente cela dans la prière. C’est tout à fait exceptionnel car si Jésus se retire souvent pour prier, il est rare qu’il prie en public. Ce n’est pas pour rien que cet enseignement est placé dans une prière, c’est tout à fait signifiant.

Deuxièmement qu’est-ce que c’est qu’un enfant, quelles sont les caractéristiques d’un enfant par rapport à un sage ou à un intelligent ? Je ne suis pas certain que ce soit la dépendance, la simplicité et l’humilité. Par rapport à un intelligent : l’enfant est avide de connaissances de découvertes, de grandir et de pouvoir s’exprimer. Il y a ainsi une réelle et légitime ambition chez l’enfant. Avec une dose quand même d’humilité car l’enfant sait qu’il n’est pas adulte. C’est pourquoi, afin de répondre à son ambition, l’enfant compte sur ses parents & autres personne apportant un enrichissement. Ce que Jésus montre ici en priant son père. Ce n’est pas une réduction de soi devant un Dieu, mais une reconnaissance pour un père, une mère, qui me donne la vie et me donne de devenir à son image (ce qui est une formidable élévation). C’est à la fois cette soif de grandir et d’apprendre dans une confiance au père dans la prière.

Le sage, lui, a la sagesse, en tout cas il pense l’avoir, il n’a pas besoin de désirer apprendre à réfléchir ou de demander au Père qu’il l’éclaire sur quoi que ce soit. L’intelligent, c’est celui qui se dit qu’il peut se débrouiller tout seul parce qu’il a suffisamment de ressources en lui-même. Ces deux attitudes n’aident pas trop Dieu à pouvoir aider la personne à avancer. Cela nous concerne à la fois dans nos dogmatismes et moralismes (le sage), mais encore quand nous négligeons la prière comme moyen pour avancer dans nos recherches bibliques, théologiques et philosophiques (les intelligents).

Ça ne veut pas dire qu’il ne faudrait pas avoir des convictions, cela ne veut pas dire qu’il ne faudrait pas réfléchir par nous-même mais que cela s’articule a une confiance au père, une attende d’éclairage, d’intelligence, de discernement sage. Afin de pouvoir finement décortiquer la réalité de notre vie particulière, car c’est indispensable afin d’avancer de belle façon.

Dieu vous bénit et vous accompagne !

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi, dans le petit dictionnaire de théologie :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Michel dit :

    Trop bien !!! C est très important le gouffre qui sépare les simples des simplets

  2. Marc Pernot dit :

    Merci Michel !

    Bien vu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *