Je me sens en décalage avec toutes les pratiques religieuses que je vois ou entends

Illustration : un homme au repassage (photo collector) - by Alan https://www.flickr.com/photos/kaptainkobold/ https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/95492938@N00/3821390943

Le repassage : un temps pour prier, si l’on veut.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour je me permets de vous écrire parce que j’ai lu un de vos témoignages ou réponse à une question sur le site « je cherche Dieu  » qui m’a interpellé. » Comment vivre votre foi au quotidien cela m’a redonné un peu d’espoir dans le sens où je me sens perdue ou plutôt je me sens en décalage avec toutes les pratiques religieuses que je vois ou entends pourtant je crois en dieu j’ai accepté Jésus dans ma vie mais je me suis perdue avec la façon dont on veut m’amener à être en communion avec Dieu. Je ne me sens pas chrétienne d’un groupe je ne pries pas longtemps mais plusieurs fois par jour je m’adresse à Dieu en fait c’est comme si bon m’a mise dans un brouillard pour que je prenne une direction qui n’est pas la mienne. Je ne ressens pas le besoin de lire la bible ts les jours mais je culpabilise de ne pas le faire. Je ne me sens pas a l’aise dans les rassemblements non plus.

Réponse d’un pasteur :

Chère Madame

Bravo ! Sincèrement bravo et merci pour ce témoignage.
Ce que vous me dites de votre façon d’être en relation à Dieu est excellent.

Ne vous laissez pas nuire par les normes imposées par les autres ou par les groupes. Jésus est bienveillant, accueillant tout le monde, les trop religieux comme Simon le pharisien et les païens comme le centurion, les seules paroles dures qu’il a parfois sont contre les religieux qui veulent imposer des normes religieuses à leurs fidèles, leur mettant de lourdes charges de devoir et de culpabilité sur le dos. Au contraire, Jésus veut placer sur nos épaules le poids le plus léger possible : simplement aimer Dieu. Quand on aime une personne, on pense à elle, on écoute profondément, et on parle avec sincérité, en confiance, on cherche à comprendre et on se sait compris. Jésus n’impose rien de plus, si ce n’est d’avoir cette relation à Dieu dans l’intimité et non en public car alors il y a le risque de moins de sincérité, et de tromper Dieu avec de belles prières pour impressionner les autres et non pour aimer Dieu, et il y a le risque de culpabiliser les autres ou de se culpabiliser.

Le culte communautaire est utile, mais comme un simple moyen pour alimenter cela, pour progresser dans cette confiance en Dieu, pour nourrir aussi notre questionnement si nous présentions le risque de stagner. Mais c’est secondaire, cela doit rester secondaire par rapport à la belle relation intime, sincère, personnelle que vous entretenez avec Dieu. A votre rythme, donc. Une fois de temps en temps. Entre une fois par semaine et une fois par an il y a peut-être une juste dose à trouver qui vous corresponde. Peut-être qu’une autre église, une autre paroisse, avec un autre style vous conviendrait mieux ? Peut-être une paroisse où vous pourriez rester anonyme sans que vous soit imposée une vie communautaire ?

Pour la lecture de la Bible, nous ne sommes pas non plus à l’usine avec une cadence imposée. L’objectif, là aussi, est de nourrir, de stimuler notre cheminement vers une plus grande profondeur. Mais ce n’est qu’un moyen. Priant Dieu fréquemment, on ne peut pas dire non plus que vous soyez seule dans votre cheminement. Quand même, lire un petit peu la Bible, de temps en temps, aide souvent. Pas tout le monde, c’est vrai. Mais souvent. Vue votre spiritualité, peut-être que certains Psaumes peuvent vous apporter quelque chose. J’ai mis ici quelques uns de mes préférés : https://jecherchedieu.ch/priere/quelque-psaumes-de-la-bible-pour-aider-a-prier/ mais il y en a d’autres. Et ce ressourcement peut aussi trouver une autre forme, par exemple de lire une fois un évangile en entier (il y a 4 évangiles) ? Mais là encore, inutile de se culpabiliser.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *