J’essaye de jeûner pour me rapprocher de la prière, résultat : je ne pense qu’à la nourriture.

Par : pasteur Marc Pernot

un boulanger et son pain - Image par Philippe Ramakers de Pixabay

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur,

Ma question va peut-être paraître ridicule et j’espère qu’elle ne va pas choquer… mais je me demande s’il est normal quand on jeûne de penser (pour ne pas dire que penser) à la nourriture en ayant hâte que le jeûne se termine , alors qu’il est censé rapprocher de la prière et de la spiritualité…. je ne sais pas si j’ai cette réaction parce que j’ai souffert de troubles du comportement alimentaire et ai gardé un comportement compliqué… ou si c’est le fait que ce soit aussi difficile parfois de jeûner qui nous rappelle à ce manque…

Merci à vous.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Madame

Ce que je dirais, c’est que chacun est libre de choisir ce qui lui convient le mieux pour entraîner, nourrir, prendre soin de sa foi et de sa réflexion. C’est comme pour l’exercice physique, pour telle personne la natation sera favorable, pour telle autre personne la course à pied lui conviendra mieux, ou l’aviron… C’est comme popur la nourriture, telle personne se fera du bien en mangeant comme cela, telle autre y est allergique et se tournera vers tel autre aliment.

Le jeune fait partie des exercices traditionnels dans certaines religions et spiritualités, mais il ne faut surtout pas se sentir obligé. Peut-être que cela ne vous correspond pas trop. Ou que cela ne vous correspond pas trop en ce moment mais que cela vous conviendra fort bien dans 10 ans… Effectivement, si vous avez déjà eu des difficultés de comportement alimentaire, je ne pense en tout cas pas que ce soit une bonne idée de trop chercher à perturber un équilibre maintenant trouvé.

Vous pouvez prendre une retraite dans un monastère, choisir de faire une cure de psaumes en lisant et priant cinq fois par jour pendant 4 semaines, vous pouvez vous fixer un long temps de prière à l’aube pendant une période déterminée, ou relire la Bible entièrement (j’ai mis des conseils sur le site à ce propos), vous pouvez choisir d’aller au moins 2 ou 3 fois par mois dans un culte ou une messe… Ce que vous voulez, ce que vous aurez trouvé par vous-même. Et surtout, n’hésitez pas de faire comme vous le faites maintenant, d’essayer puis de revenir sur votre expérience pour l’ajuster éventuellement. Avec une part d’efforts et de constance, certes, mais mesurée, rien de violent ou d’héroïque n’est nécessaire, je pense, ni même utile. Dieu n’attend pas des sacrifices, Dieu ne compte pas de bons points ou de mauvais points, il nous espère en forme, tout simplement.

Bravo de chercher ainsi à avancer

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *