J’aimerais vraiment m’impliquer dans le temps de l’avent, comment faire ?

La première bougie de l'Avent est allumée - Image par Myriams-Fotos de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Je suis étudiante, je vis en colocation loin de ma famille, depuis toute petite nous avons vécue le temps de l’avent, mais voilà pourriez vous me dire ce que cela signifie réellement dans un certain cheminement de foi et également comment vraiment préparer ce temps fort,

J’aimerais vraiment m’impliquer dans le temps de l’avent, j’en ressens un besoin très fort mais héla je ne sais comment le faire.

Merci pour votre réponse.

Cordialement.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Voilà quelque chose qui me paraît formidable : librement et joyeusement choisir un moyen d’approfondir sa foi. Alors que dans le protestantisme nous sommes souvent réservés vis à vis des rites, comme s’il fallait être triste sur commande le vendredi saint et joyeux sur commande à Pâques… Mais là, comme vous l’envisagez, cela me plait beaucoup.

Traditionnellement, l’avent est une période de 4 semaines avant Noël, pour se préparer. C’est donc commencé depuis quelques jours, mais qu’importe, ce n’est jamais trop tard et on pourrait se faire pour soi même une période de l’avant en plein mois d’août, pourquoi pas. Saut peut-être que l’ambiance de Noël, des jours plus courts et des flocons, des marchés de Noël, et de l’ambiance enracinée dans cette culture nous porte aussi. Nous sommes au bénéfice de cela.

C’est vrai que l’Avent peut être un temps où l’on se prépare à plus recevoir le salut que Dieu nous donne en Christ. Pour cela il n’est peut-être pas mauvais d’avoir soif de ce salut. Puisque vous me le demandez, voici ce qui me vient à l’idée comme pistes, je vais essayer d’en trouver 4*7 pour les 4 semaines de l’Avent :

En espérant que Dieu nous aide à grandir. Si on reprend le résumé de l’essentiel que propose Jésus : d’aimer Dieu de toutes ses forces, toute sa vitalité, tout son cœur et toute son intelligence + son prochain comme soi-même, on peut tranquillement espérer devant Dieu qu’il nous fasse grandir sur chacun de ses points, déjà, cela fait 7 points, 7 amours (qui est Dieu, aimer Dieu par notre force,… Aimer son prochain, s’aimer soi-même en vérité) vous trouverez peut-être quelques précisions sur le sens des ces points ici : https://jecherchedieu.ch/dictionnaire-de-theologie/intelligence/ ). Dieu est vraiment le créateur, il peut nous aider à grandir personnellement dans chacune de ces dimensions.

Mais nous ne sommes pas seuls, nous faisons partie d’un corps qu’est l’humanité, je suggérerais de dédoubler chacun de ces points en pensant plus collectivement à cette espérance de croissance : comment Dieu pourrait être mieux reconnu et aimer dans ma famille, mon immeuble… L’humanité. Y penser devant lui et avec lui. Nous arrivons donc déjà à 2 * 7 sujets d’espérance pour attendre la vie que Dieu nous donne en Christ.

Mais Dieu n’est pas qu’une source de naissance et de vie, il est également source de guérison et de purification. Les deux vont ensemble. Après avoir espéré la vie que Dieu souhaite, il serait à mon avis bien utile d’avoir un temps de repentance, non pour se culpabiliser ou s’humilier, mais juste pour se connaître un peu en vérité, connaître ses faiblesses et ses souffrances, ses peurs… pour les présenter à Dieu (pour qu’il les soigne) mais aussi savoir discerner là où nous sommes quand même déjà un peu développés, sujets d’espérance et de mobilisation pour servir.

Idem collectivement, en pensant à notre famille, notre église, notre société, notre monde.

Bien entendu, il ne faut pas que ça devienne une démarche lourde, mais légère. Quelques minutes de pensée et quelques minutes de prière suffisent à mon avis, dans un coin tranquille, de votre chambre ou d’une bibliothèque, ou d’un bord de lac où personne ne vous dérangera, temps de prière peut-être préparée par une lecture de la Bible (Psaumes, Evangiles).

Ah tient, il me vient une autre idée, pourquoi pas : une lecture d’un évangile, par exemple Matthieu qui comporte précisément 28 chapitres, ça ferait un chapitre par jour, à lire à mon avis rapidement, d’une traite sans trop s’arrêter à chaque phrase pour une fois. Et puisque Noël est maintenant dans 22 jours peut-être l’Evangile selon Jean qui comporte 21 chapitres ? Ou Marc qui en comporte 16, laissant un temps de pause pour des jours trop chargés par vos activités diverses ?

Mais il y aurait 1 millions de façons d’aborder ce temps de préparation, comme je ne vous connais pas, ce n’est pas facile de connaître ce qui vous touche plus particulièrement, ce dont vous auriez particulièrement besoin de recevoir comme force et comme paix…

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. biduline dit :

    Et pourquoi pas, le temps de 28 jours ( vous verrez ensuite si vous avez envie de continuer l’expérience ou pas ensuite…) prendre une seule chose en vous, ou que vous faites, et qui que vous ne trouvez pas joli-joli ( on en a tous quelques une qui trainent en nous… ) mauvaises habitudes, mauvaises pensées vis à vis de quelqu’un, manie exaspérante pour les autres, commérages, mauvaise langue etc… Choisissez en une seule. Et demandez au Seigneur de vous aider à vous en débarrasser… Et appliquez vous pendant ces 28 jours à ne pas faire cette chose… Dès que vous sentez que vous recommencez, hop ! appelez le Seigneur à l’aide en vous même, et de fil en aiguille je pense que vous pourriez bien vous rendre et rendre les autres très heureux de cette toute petite démarche…

    Noêl après tout n’est ce pas la période des bonnes actions et bons sentiments ?
    Tenez nous au courant et bonne période de l’avent à tous !

  2. C92 dit :

    Il y a également Avent Autrement, qui est une initiative oecuménique. Chaque jour, il nous propose des textes bibliques, avec méditation et une prière. Cette année le fil conducteur et les quatre éléments. Voici le lien : http://www.avent-autrement.ch/

    Meilleures salutations.

  3. Rémy dit :

    Seigneur,
    J’ai besoin de toi, je t’appelle, stp guide-moi,, relève-moi. Que ta lumière vienne dans mes ténèbres, que je sente ta main sur mon épaule, tu es tellement loin !
    J’essaye de marcher vers toi mais je trébuche à chaque pas.
    Mes eaux noires m’emportent et je crie vers toi !
    Seigneur, pourquoi toutes ces ténèbres si denses, pourquoi toute cette souffrance ? A quoi sert ma vie ?
    Tant de fois tu m’as relevé, tant de fois tu es venu me chercher là où j’étais perdu !
    Je ressens tellement d’amour en moi et pourtant j’ai si peur face à tant de perversion, cupidité et violence.
    Bientôt on célébrera ta lumière, enfin venue dans ce monde. Je t’attends si fort.
    Que ta gloire jaillisse enfin dans ce monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *