soldat lourdement armé en position d'attaque - Photo de Specna Arms sur https://unsplash.com/fr/photos/U9ZKrZSS5uU
Bible

Dans certains cas de légitime défense on peut être amener à tuer des gens sans pour autant commettre de péché ?

Par : pasteur Marc Pernot

soldat lourdement armé en position d'attaque - Photo de Specna Arms sur https://unsplash.com/fr/photos/U9ZKrZSS5uU

Question posée :

Bonjour Monsieur,
D’un côté la bible nous dit d’être bienveillant envers les gens autour de soi. Mais d’un autre côté la bible dit que dans certains cas de légitime défense( pour soi-même ou pour les autres) on peut être amener à tuer des gens sans pour autant commettre de pécher.( Dieu condamne le meurtre qui veut dire « tuer intentionnellement, de manière préméditée et par méchanceté » ,donc Dieu n’est donc pas opposé en toutes circonstances à ce que l’on tue).
Est-ce que l’acte de légitime défense est bienveillant même s’il peut causer la mort de l’agresseur? Si non, alors Dieu ne nous ordonne pas en toutes circonstances à être bienveillant envers ses ennemis?
Merci pour votre réponse

Réponse d’un pasteur :

Cher Monsieur

Excellente question.

Un des points essentiels est que dans chaque cas difficile, ce n’est pas entre le bien et le mal, le permis et le défendu que nous avons à choisir, c’est que nous sommes dans une situation tragique où toutes les solutions qui s’offrent ont une part de mal. Et qu’il nous faut alors discerner une solution qui soit de l’ordre du moindre mal, avec douleur, dans la repentance, demandant à Dieu son pardon et son aide pour que nous arrivions à nous pardonner à nous-même.
C’est ainsi que parfois le mensonge, par exemple, peut être un moindre mal mais cela ne veut pas dire que le mensonge serait parfois bien, ou permis. C’est toujours mauvais, déconseillé, faux, cela trouble la nature même de la relation humaine. Mais parfois ne pas mentir serait pire encore.

En ce qui concerne le fait de tuer une personne, il s’agit certainement d’une action tout à fait extrême, radicalement mauvaise, irrémédiable.

Je ne suis pas tout à fait d’accord pour diminuer la portée du « tu ne tueras pas » comme dans l’explication que vous avez trouvée réduisant la portée de ce commandement admirable au meurtre intentionnel, prémédité par méchanceté. C’est ce qui est dit souvent, c’est une façon de légitimer la peine de mort, par exemple. Seulement, nous voyons en Deutéronome 4:42 ce verbe hébreu « ratsar » est utilisé pour parler d’une personne qui a tué « sans le savoir et dans avoir détesté la personne ». Il me semble donc que l’on peut effectivement garder la plus générale des formules dans ces fameuses « Dix paroles » : « Tu ne tueras pas ». Point. Sans transiger sur la pureté de cette formule. C’est effectivement essentiel qu’il y ait cela dans la Bible, alors qu’une formule « tu ne tueras pas l’innocent », ou tu ne tueras pas une personne non coupable de telle ou telle chose », ce genre de formulation n’aurait aucune valeur car nul n’est parfaitement innocent, nul n’est parfaitement juste, sans péché, nul n’est parfaitement fidèle. C’est ce que fait remarquer Jésus quand il dit qu’une personne qui a traité son prochain de débile a déjà un petit peu tué cette personne dans sa valeur, dans son estime. C’est parfaitement vrai. Merci donc à ce magnifique enseignement de la Bible « Tu ne tueras pas ! » (Exode 20:13 et Deutéronome 5:17), il peut y avoir bien d’autres passages horribles dans la Bible, ces deux versets demeurent là comme un avertissement essentiel, et comme une promesse d’aide de Dieu qui cherche à faire progresser l’humanité.

Mais c’est vrai qu’il peut arriver exceptionnellement des situations où même cette horreur absolue qui consiste à tuer une personne soit la moins mauvaises de toutes les solutions possibles. On peut citer le cas d’une personne menaçant des otages et qu’une policier est en situation d’empêcher de nuire en tirant sur l’agresseur. Le risque de mort de cette personne est conséquent, faudrait-il pour autant s’abstenir à cause du « Tu ne tueras pas » et laisser tuer les otages ? Je ne le pense pas, mais c’est vrai que pour le policier c’est une tâche ingrate, difficile, traumatisante. Mais ce n’est pas par manque de bienveillance pour le dangereux agresseur, ce n’est pas pour lui vouloir du mal, c’est seulement positivement pour sauver les otages. Et il n’empêche, cela ne justifie pas le fait de tuer quelqu’un, cela reste quelque chose d’extrêmement négatif.

Heureusement, il existe des situations moins tragiques où il a été possible de sauver les otages sans pour autant tuer l’agresseur, il est alors possible de prendre des mesures les plus humaines possible pour cette personne sans pour autant lui laisser la possibilité de faire de nouvelles victimes.

Bravo de réfléchir à ces situations, certes extrêmes, mais qui nous permettent de mieux analyser aussi des situations classiques dans notre vie de tous les jours où nous sommes aussi appelés à chercher le moindre mal dans des situations relativement tragiques, en tout des situations pas simples. Nous sommes alors appelés à faire preuve de compromis en cherchant le moindre mal, sans pour autant faire preuve de compromission : en continuant à appeler « mauvais » ce qui est mal, sans le baptiser « bien » parce qu’il était un moindre mal. C’est un péché et cela reste un péché de tuer une personne, même si Dieu comprend mieux qui quiconque le tragique des situations, et même si Dieu pardonne le pécheur, et l’aide à se pardonner à lui-même, puis à vivre en nouveauté de vie…

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

2 Commentaires

  1. philippe gobet dit :

    Merci pour vos observations, Monsieur le Pasteur.

    En droit suisse, l’homicide intentionnel est une infraction pénale, un crime, réprimée par le code pénal suisse.

    Il y a un examen qui se fait en trois étapes pour conclure à la culpabilité de l’auteur et à une sanction.

    Première étape, la typicité. Est-ce que les conditions objectives de l’infraction sont réalisés ?

    Deuxième étape, l’illicité. Y a-t-il un fait justificatif, telles que la légitime défense ?
    Dans l’affirmative, il n’y a plus d’infraction, l’infraction n’est pas punissable.

    Selon vous, l’homicide reste un péché, même en cas de légitime défense.

    À tout le moins, sur le plan légal, ce n’est plus une infraction.

    Au reste, je pense que le code pénal militaire suisse prévoit toujours la peine de mort pour certaines infractions en cas de guerre.

    Cela veut dire que le tribunal militaire qui ordonnerait en cas de guerre une condamnation à la peine de mort commettrait un péché pour lequel il devrait demander pardon au Seigneur…

    Ne serait-il pas plus simple d’admettre que certains homicides sont justifiés s’ils sont commis dans le cadre du devoir d’état ?

    Bien évidemment, cela n’enlève rien aux sentiments négatifs que peuvent ressentir leurs auteurs, mais il me semble qu’on devrait éviter de les taxer de pêcheurs…

    Personnellement, j’ai de la peine à traiter de pêcheurs les pauvres soldats américains qui ont combattu le jour J…

    Si je suis cohérent avec moi-même, je devrais dire de même des soldats allemands… du moins pour ceux qui se sont contentés de combattre leurs ennemis, sans commettre d’atrocité contre les civils ou contre des soldats désarmés qui se seraient rendus…

    Tout cela est très compliqué, en tout cas j’essaye de rester humble dans mes jugements.

    1. Marc Pernot dit :

      Question délicate.

      Il me semble essentiel de ne pas appeler le mal un bien et le bien un mal. Question d’idéal, de le garder intact. Cela me semble particulièrement important, et tout particulièrement quand il y a un cas tragique. Ce n’est pas une question de culpabilité car il n’y a parfois pas de meilleure chemin possible. Mais garder le fait que le chemin que l’on a dû choisir comportant une part de mal. Le reconnaître aide au travail à faire dessus.

      J’ai en mémoire au moins trois guerriers venus dans mon bureau, hantés de ce qu’ils avaient été amenés à faire dans un acte de guerre, et je leur ai bien entendu annoncé le pardon de Dieu, afin qu’ils puissent entamer une sortie de ce cauchemar : il n’y a pas d’autre façon, à mon avis, alors que faire comme s’il n’y avait pas de mal empêcherait de travailler sur le pardon de ce mal. Dire que le fait de tuer est un mal, un péché, ne fait pas nécessairement de son auteur un pécheur pour autant. Il a pu s’agir d’un accident totalement involontaire, ou d’une situation tragique comme celle d’un policier libérant des otages qui est plus un héros qu’un pécheur en l’occurrence. Mais il est vraisemblable qu’il portera le poids d’un acte décisif qu’il a été amené à faire.

      C’est pourquoi il me semble qu’il est bon de travailler sur ces zones grises, pour en arriver à votre belle conclusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *