Aujourd’hui c‘est Kippour et mes proches ont commencé à le pratiquer hier dans la soirée

Juifs priant à la Synagogue à Yom Kippour, Maurycy Gottlieb, 1878

Juifs priant à la Synagogue à Yom Kippour, Maurycy Gottlieb, 1878

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour !
Me voilà avec une question que je ne peux poser qu‘aujourd‘hui.
Je l‘avais résolue hier soir mais voilà qu‘elle est revenue au cours de la matinée.
Naïvement, je pourrais juste poser cette question: qu‘aurait fait Jésus aujourd’hui le 28 Septembre 2020?
Aujourd’hui c‘est Kippour et la plupart de mes amis se sont demandés pardon hier et ont commencé le jeûne hier dans la soirée.
Je suis pour ma part d‘origine israélite et je me suis orientée naturellement chez les protestants, ou on pourrait dire que les protestants sont venus à moi sans que je le demande, répondant en effet au plus juste à ma Foi en Jésus. Ce qui du coup me pose pas mal de conflits avec les membres de ma famille et mes proches. Mais là n’est pas vraiment la question.
Comme l’année dernière, j’avais ressenti une intensité ce jour-là, mais je ne ressentais pas la nécessité de faire un jeûne. Je suis confrontée au pardon quotidiennement dans ma Foi et je ne pourrais l’envisager qu’une seule fois dans l’année. Je sais à quel point également dans ma vie, comment être sous la Loi et vivre dans la grâce n’a pas du tout le même impact. Dans un cas, je suis allourdie et dans l’autre, je me sens libre, sans pour autant faire n’importe quoi ( tout est permis mais tout n’édifie pas en effet) et en paix…
Ce matin, j’ai pris un bon café et un bon petit déjeuner pour attaquer en forme.
Mais voilà que je reçois au même moment des petits films très émouvants , venant de mes amis, sur des familles qui ont survécu à la Shoah et qui se retrouvent à Kippour. Ce jour-là apparaît comme étant le plus solennel devant s’appliquer à chaque juif. Comme s’il n’y avait qu’un seul jour pour se souvenir de Dieu…
Je commence alors un peu à culpabiliser devant ma tasse de café… Que faire alors aujourd’hui ? Qu’aurait fait Jésus ?
Merci pour votre réponse.
Amicalement

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Personnellement, je ne serais pas du tout choqué que vous fêtiez le Kippour, surtout avec votre famille. Jésus le faisait lui-même sans aucun doute.

C’est vrai que nous sommes sous la grâce, assurés du pardon indéfectible de Dieu en dehors de tout rite, de toute œuvre, de toute prière. La question n’est pas là. Mais la question est de s’ouvrir soi-même au pardon de Dieu, à sa grâce. De se mettre en disposition d’avancer vers un meilleur état de nous même grâce à l’aide de Dieu. Et la pratique du Kippour est certainement une façon possible de le faire. Ce qui n’exclut pas les mille autres occasions et moyens de faire place à Dieu dans notre vie. La récitation su Chema est une excellente chose aussi, recommandée par Jésus aussi, même s’il ajoute d’aimer Dieu non seulement de tout son cœur de toute son âme de toute sa force, mais de l’aimer en plus avec intelligence.

Ce n’est absolument pas pour se culpabiliser. Ni de le faire, ni de ne pas le faire.

Faites Kippour si vous sentez que c’est bien de le faire. Maintenant que ce n’est plus « obligatoire » pour vous, cela peut même avoir une force particulière. Encore une fois, ce n’est pas que cela plaise plus à Dieu que de prendre son café et une bonne tartine dans la louange. Mais avec la sincérité, avec la soif de Dieu, avec la louange pour son pardon, avec la sincère recherche de mieux faire et de demander pardon à ceux que l’on aurait blessé, peut-être même de réparer un peu (quand c’est possible) le mal commis… cela peut vraiment être excellentissime.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *