Le regard émerveillé

Par : pasteure Anne-Christine Menu-Lecourt

 Image: 'Violette #2'  by Nicolas Torquet  https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/106274573@N04/40843953255« Seigneur, tu regardes jusqu’au fond de mon cœur, et tu sais tout de moi (…)
C’est toi qui as créé ma personnalité, qui m’a tissé dans le ventre de ma mère.
Seigneur, merci d’avoir fait de mon corps une aussi grande merveille. »
Psaume 139

Depuis ma toute petite enfance, je m’émerveille. Je pouvais m’arrêter devant une touffe d’herbe et m’esclamer : oh comme c’est joli !
Regarder un brin d’herbe comme on regarde une œuvre d’art. je ne connaissais pas le langage de la science qui explique la couleur… je voyais simplement les brins fremissant dans le vent, la brillance du soleil sur les tiges, la transparence de la lumière et le jeux des ombres.
Cela peut paraître stupide ou enfantin. Mais en réalité, un brin d’herbe est une œuvre d’art : regarder le mouvement de la feuille, sa couleur, ses nervures. Aucune main humaine n’est arrivé à autant de perfection.

Au commencement était la Parole
J’ai appris par Michel Maxime Egger que dans la théologie orthodoxe, chaque créature, chaque grain de sable, chaque atome, porte en lui une part du Logos divin ; comme un fragment d’ADN qui nous rappelle l’origine de la Création.
De même, pour nous les humains, créés à l’image de Dieu, nous portons en nous l’ADN de Dieu. Nous sommes une vraie merveille dit le psalmiste.
J’aime à penser que le regard que Dieu porte sur chacun, chacune d’entre nous est celui de la mère qui vient de mettre au monde son enfant. Ce ne sont plus les yeux qui voient, mais une intense force d’amour qui jaillit des profondeurs de son être et qui la submerge. Ce petit être tout frippé sur son sein, c’est le plus beau !
Dieu nous as mis au monde avec cette même intensité d’amour et d’émerveillement et il a dit que c’était bon, très bon.
Alors quel regard je porte sur moi-même ? Comment est-ce que je m’accueille au monde ? Je suis une œuvre d’art à déchiffrer et le langage pour la lire est celui du regard d’amour que Dieu me porte.

Le travail créatif à partir de matériaux récupérés est pour moi une parable de ce mystère : apprendre à voir le potentiel de transformation d’un objet jeté, le regarder avec le regard de l’artiste et lui donner une seconde vie.
Cette réflexion a grandit au fond de moi depuis le jour où un détenu m’a dit que la prison était un grand centre de tri et de recyclage… C’était ma vocation d’aumônier de voir l’être humain, d’accueillir sa fragilité, derrière la noirceur de sa vie et la violence commise. Je sais aujourd’hui qu’il y a ce mouvement dans nos vies : le tri à faire, le lâcher prise et le pardon, mais aussi se laisser transformer par la puissance de l’Esprit Saint pour que nous rayonnions de la Présence de Dieu autour de nous.

Anne-Christine Menu-Lecourt, pasteure

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *