Fragilité & L’appel du Souffle

Par : pasteure Laurence Mottier et Corinne Vonaesch

« Fragilité » © Peinture de Corinne Vonaesch

Peinture de Corinne Vonaesch
« Fragilité »

 

« Le vent souffle où il veut et tu en entends le bruit, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va »
Jean 3, 8

L’appel du Souffle

Le sommeil : je suis ensommeillée, bercée par des rêves inaccessibles, réfugiée dans un cocon de fantasmes. Un jour, peut-être j’oserai…mais, là j’attends, lovée dans ma rêverie bleue

L’ensablement : Ensablée et prisonnière, je suis comme Adam le glébeux. Gisante, gémissante, ma vie s’éteint. Le poids de mon humanité pèse lourd, trop lourd : impossible de me relever. Je m’enfonce dans la vase, qui m’aspire

La peur : tout me fait peur et cette peur m’encercle et m’envahit, froide et dure. Je me sens isolée de tout ; la vie m’est étrangère, comme Dieu et les autres. Recroquevillée, j’ai arrêté le mouvement de la vie, mordue si fort par l’angoisse. Qui me sauvera ?

La gêne : Que me veut-il ce Dieu ? Pourquoi renaître et devoir répondre à son Souffle de Vie ? Ma vie me va. Que passe sa lumière ! Il me dérange avec son appel à aller je ne sais où…

L’appel du Souffle passe dans notre histoire comme une coulée d’or et de lumière

L’appel du Souffle ouvre la trace d’une liberté à saisir : tout n’est pas joué à notre naissance ; tout n’est pas écrit d’avance.

L’appel du Souffle passe comme une invitation à naître à nouveau, comme un redressement hors du limon de la résignation

Dans ce qui ne se clôt jamais, n’y a t il pas une joie prête à irriguer le sillon vieilli ?

L’appel du Souffle passe…

Laurence Mottier, pasteure

Logo "Art et Foi"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *