Communion ? « Voici mon corps donné pour vous, faites ceci en mémoire de moi ! » (Luc 22:19)

 

deux mains rompent un petit pain rond - Image par congerdesign de Pixabay

Il parait que quand un doigt montre la lune, c’est pour qu’on regarde la lune.

Par : pasteur Marc Pernot

Jésus dit : « Voici mon corps donné pour vous, faites ceci en mémoire de moi ! »
(Luc 22:19)

Voici exactement la phrase de l’Évangile qui sert de base à ce rite que nous célébrons parfois au cours du culte : la Communion ou Sainte Cène ou Eucharistie. Jésus nous dit de faire quelque chose en mémoire de lui. D’accord, mais quoi?

Si quelqu’un dit « voilà ce que je fais » et dit ensuite, « faites-le aussi », nous comprenons évidemment de quoi il parle. Ici, ce que Jésus nous dit de faire en mémoire de lui, c’est donc de donner notre corps pour les autres, comme lui, le Christ, donne son corps et sa vie pour nous.

Le sens de ce geste et de cette parole du Christ vont bien plus loin qu’une pratique religieuse. Bien sûr, nous avons du mal à dire aux autres: « Voici mon corps, voici ma vie que moi, je vous donne », nous préférons dire: « Voici le corps du Christ ». Et au lieu de vouloir vivre ce commandement du Christ: « aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés« , et donc d’aimer notre prochain, même notre ennemi, nous nous contentons souvent de dire: « Dieu est amour » ou « Jésus t’aime… » (ce qui est vrai par ailleurs)

Pourtant, c’est bien souvent que l’Évangile nous appelle à suivre le Christ en donnant notre vie pour les autres, comme lui-même le fait. Par exemple, quand Jésus nous dit « Si quelqu’un veut venir avec moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive.” (Luc 9:22, 17:33, Rom. 12:1) Il s’agit ici de la même chose que dans la parole donnée lors de la Cène. Ce que le Christ nous invite à faire, c’est à donner notre vie pour les autres comme lui-même nous donne sa vie. Ou quand il dit à la Cène à ses disciples « Je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres, car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait… Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. » (Jean 13:14-17).

Le Christ est pour nous le chemin (Jean 14:6). Un chemin n’est pas fait pour être regardé ni même admiré ou adoré, cela ne nous avancerait pas et ne ferait rien avancer. Un chemin, c’est fait pour aider à avancer, pas à pas. Être chrétien à la suite du Christ, ce n’est ainsi pas seulement être consommateur de rites, c’est se préparer (en partie grâce aux rites, et bien d’autres choses) à recevoir de Dieu une force et une inspiration afin de trouver comment « faire de même », en mémoire de ce que nous aurons reçu, en reconnaissance, par fidélité et par choix… Et le but de notre relation au Christ, en particulier lors de la Communion, c’est de recevoir quelque chose du Christ qui nous permet, un petit peu plus, d’espérer donner de soi-même aux autres. Même si nous n’y arrivons que difficilement, cette pensée, cette intention, fait que nous nous concevons comme membre d’un corps, partie prenante. Et c’est en vérité que le Christ peut dire « ceci est mon corps » puisque c’est lui qui a inspiré cela.

« Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Voici mon corps qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. » En disant ces paroles, Jésus ne crée pas un rite religieux, il propose une façon d’être, un art de vivre.

pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *