Le protestantisme me parle, mais j’ai besoin d’images et je suis attirée par les icônes, le chapelet, les bougies…

Par : pasteur Marc Pernot

Les deux églises jumelles de la Piazza del Popolo à Rome - http://www.flickr.com/photos/82129006@N00/2177089885 Found on flickrcc.net

Les deux églises jumelles de la Piazza del Popolo à Rome. Alors, aller à gauche où aller à droite ?

piazza del Popolo à Rome - Photo by Antonio Sessa on Unsplash

Les deux églises jumelles de la piazza del Popolo à Rome

Question d’un visiteur :

Bonjour ! J’avoue être perdue dans ma foi. Baptisée catholique mais n’ayant reçu aucune éducation religieuse, je me suis naturellement tournée vers cette foi que j’ai essayé de pratiquer. Je me suis retrouvée assez hermétique au catholicisme, beaucoup de choses me semblent illogiques.
Le protestantisme me parle, les idées et valeurs véhiculées sont en adéquation avec ma vision de l’Évangile. Or, l’austérité des églises et des cultes me refroidit. J’ai besoin d’images, je suis attirée par les icônes, le chapelet, les bougies… c’est superflus mais j’ai l’impression que c’est aussi une façon pour moi d’ancrer ma foi et ma pratique. Les rituels me rassurent et me donnent en quelque sorte, une raison de continuer et une assise toute particulière. J’essaie de me construire mais je suis tellement tiraillée entre toutes ces propositions, l’orthodoxie m’attire mais me semble loin de mes convictions, le catholicisme me paraît être une solution simple (des églises partout en France), le protestantisme qui est si jeune… je m’interroge ? Que veut Jésus ?
Je suis dans le flou.
Merci pour votre aide !

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Bravo pour votre démarche belle et vraie. Je suis persuadé que cela vous apportera énormément.

Comme vous dites, la pratique religieuse a, en elle-même, peu d’importance, son sens est dans ce qu’elle nous apporte dans notre développement. Je trouve par conséquent votre analyse parfaite, à la fois dans la nature du service offert et de leur effet sur vous.

Il n’y a pas de honte à être soi-même. Chacun a sa façon de fonctionner. Certaines personnes ont parfois besoin de panacher entre différentes églises. Il arrive que certaines critiquent cela, c’est simplement révélateur de leur conception étroite de la vérité. Qu’ils restent dans leur façon de vivre leur religion, c’est bien, mais ce n’est pas une raison pour l »imposer aux autres. L’humanité est plurielle, nous dit l’apôtre Paul, riche d’une multitude de membres différents pas cela, cette diversité étant une richesse, et ne nuit en rien à l’unité du corps du Christ, qui se fait par l’Esprit commun à tous et toutes, et par le fait que les membres pensent les uns aux autres avec attachement et respect. Ce qui divise est précisément de dire : parce que tu ne fonctionne pas comme moi tu n’es pas légitime.

De même pour votre propre tiraillement. Il me semble que vous pouvez vous réconcilier avec chacune de ces deux dimensions de votre pratique, et faire que ces deux dimensions se complètent au lieu de s’opposer.

Vous pouvez :

  • pratiquer les rites catholiques et utiliser les supports catholiques ou orthodoxes utiles à votre foi et à votre piété.
  • et pratiquer la liberté de réflexion et de prière protestante, la conviction que l’amour de Dieu n’est pas à conquérir mais vous précède.

Les deux ne sont pas à opposer, mais peuvent se compléter d’une belle et féconde façon.

S’il arrive que quelque chose vous dérange lors qu’une pratique ou d’une parole entendue dans l’église catholique, il est possible de l’entendre comme une question à creuser ensuite dans votre propre recherche, librement, sans s’arrêter à la position de tel ou tel prêtre, ni à celle du magistère. Cela allie le meilleur (pour vous) d’une démarche catholique et une démarche protestante. Vous n’êtes pas non plus obligée de partager ce questionnement avec n’importe quel fidèle catholique croisé à la sortie de la messe car cela peut éventuellement troubler certaines personnes. Cela demande du discernement, de l’amour pour les personnes rencontrées, afin que ce soit pour le meilleur aussi pour ces personnes. Vous pouvez aussi aller de temps en temps à la messe et autre fois au culte. Ou aller au culte pour votre pratique collective de la religion et utiliser les supports de piété catholiques en complément, dans votre pratique privée….

Le simple fait de chercher à élaborer son propre programme d’exercices religieux, selon votre propre sensibilité, me semble intelligent et bien prendre en compte ces qualités essentielles que sont la lucidité, la sincérité, l’ouverture bienveillante afin de reconnaître le meilleur sans s’arrêter aux petits travers de chaque culte. Il me semble bon de se donner, comme en sport, des objectifs de rythme de pratique de chaque exercice spirituel, quitte à réévaluer ce que cela donne ensuite.

Jésus n’est ni protestant ni catholique. Il n’était d’ailleurs même pas chrétien mais juif, à sa façon assez libre et personnelle, et cette façon nous autorise et nous appelle à définir librement pour nous-même notre pratique religieuse afin d’avancer le mieux possible sur le chemin de la confiance (la foi) dans l’amour de Dieu (la grâce).

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.