Jésus invite ses disciples à s’armer avec des épées, puis il dit de ne pas s’en servir. Je suis perdue avec ces ordres et contre-ordres.

Par : pasteur Marc Pernot

La garde d'une épée en contre jour sur le soleil levant - Photo by Ricardo Cruz on Unsplash

Jésus et les arts martiaux ?

Question d’un visiteur :

Dans toute l’évangile on voit Jésus prôner partout la paix, d’ailleurs un de ses surnoms est même  » Prince de la paix » ; mais dans Luc 22 on voit apparaitre ceci à la veille de la crucifixion du Christ : « 36Et il leur dit: Maintenant, au contraire, que celui qui a une bourse la prenne et que celui qui a un sac le prenne également, que celui qui n’a point d’épée vende son vêtement et achète une épée. 37Car, je vous le dis, il faut que cette parole qui est écrite s’accomplisse en moi: Il a été mis au nombre des malfaiteurs. Et ce qui me concerne est sur le point d’arriver. 38Ils dirent: Seigneur, voici deux épées. Et il leur dit: Cela suffit. »

Plus loin au jardin lorsque les romain viendront se saisir de Jésus et qu’un de ses défenseur sortira justement une épée pour le défendre, il dira non, abaisse ton épée…

J’avoue être un peu perdue dans tous ces ordres et contre ordre, comment interpréter tout cela ?

Merci pour votre travail formidable et bonne journée à vous, ainsi qu’à tout ceux qui nous lisent.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Quand un passage est curieux, qu’il semble illogique ou qu’il semble insignifiant, il me semble que cela invite à lire au sens figuré. C’est un très très ancien principe d’interprétation.

Imaginer Jésus s’armer de violence physique serait effectivement profondément contradictoire avec la façon d’être de Jésus que l’on peut observer dans tous les autres passages des évangiles.

Que veut-il dire dans cette curieuse stratégie que Jésus nous propose dans ce moment où il est face à une terrible adversité ?

  • Ce ne peut être de prendre les armes de la violence physique. Quel sens cela pourrait-il avoir au sens figuré ?
  • Je pense qu’il nous encourage à ne pas oublier notre réserve de richesse, notre bourse. Nous avons une réserve de richesse, de valeurs, de talents, réserves de ressources en tout genre dont des réserves de bénédiction, de bonheur et de joie, de bons souvenirs et de belles expériences traversées… Nous en avons des richesses, et l’appel à prendre un sac nous invite à ouvrir l’œil pour encore enrichir ces trésors spirituels dans notre proche avenir.
  • Vendre son vêtement, c’est abandonner le soucis du paraître, peut-être ? Pour investir dans une créativité, une force de combat contre ce qui ne va pas.
  • Ensuite, l’épée : dans la Bible elle évoque parfois la parole créatrice, pleine de discernent, ne confondant pas tout. (Ephésiens 6:17; Hébreux 4:12). Cela correspond déjà mieux au profil de Jésus, non ?
  • Et ne pas craindre d’être en opposition, en rupture par rapport à la foule, dans ces cas extrêmes où l’essentiel est en jeu.
  • ensuite, quand Jésus se rend compte que ses apôtres ont pris au sens matériel ses recommandations, au lieu de les prendre au sens spirituel, il leur dit qu’ils font n’importe quoi, et il répare même leurs dégâts quand Pierre coupe l’oreille de Malchus.

Mais c’est une proposition d’interprétation en première lecture, il y aurait tout un travail approfondi à faire sur ce genre de beaux passages surprenants. Vous avez raison de creuser, car c’est comme en science, c’est souvent là où notre propre modèle ne fonctionne pas bien que nous avons la chance de nous perfectionner. D’affiner notre façon de voir et nos méthodes.

Bonnes recherches, et grand grand merci pour les encouragements !!!

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *