J’ai profité du confinement pour relire la Bible, et le Coran, quelle place pour la Paix ?

mosaïque de livres ouverts - Photo by Patrick Tomasso on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Cher Marc,

J’espère que tu vas bien et qu’il en est de même pour tes proches.

Comme chaque dimanche, je suis ton culte ou ton site internet et je te remercie pour cela.

J’ai profité de cette période de confinement pour relire l’ancien et le nouveau testament, les quelques écrits apocryphes et le coran.

J’ai beaucoup aimé le travail de concordances à faire entre ces livres.
Je profite de tes lumières pour exposer un regard sur ces textes.

J’ai l’impression qu’il y a une période de paix avec Abraham, puis la suite de l’ancien testament est plus violent avec de forts combats, puis on retrouve la paix avec le nouveau testament, enfin on retrouve la violence dans le coran.

Que penses tu de cette succession de paix et de combat dans ses différents livres sacrés ?

Je pense amicalement à toi et te souhaite un excellent dimanche.

Amitiés

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Francement : tu es formidable.

Ça c’est du confinement, du bon solide confinement travaillant dans les fondations pour les poser.

J’aime bien toute la saga d’Abraham, en effet. Et bien entendu les évangiles, bien entendu. Des Psaumes, aussi, et certains passages des prophètes qui sont de cette veine là.

Cette paix que tu chéris me semble être une clef intéressante. On retrouve cela dans le testament spirituel de Jésus dans les chapitres 14 et suivants de l’évangile selon Jean avec son « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble ni ne s’alarme. » (Jean 14:27).

Et il est possible, je pense, de lire bien des passages violents des textes guerriers de l’Ancien Testament avec cette clef. Ne serait-ce qu’en interprétant l’ennemi massacré comme étant ce qui est ennemi de la paix en nous et dans notre monde, ce qui la menace et l’empêche.
Sur le Coran, je suis bien d’accord avec toi. Il y a aussi de très beaux passages (de la première période de Mohammed), et il est aussi possible de faire une lecture allégorique des passages guerriers (plutôt situés dans la 2nde période de la vie de Mohammed), hélas, la tradition d’interprétation majoritaire est actuellement de faire l’inverse : les versets les plus tardifs sont considérés comme abrogeant les plus anciens (pas de chance, ce sont les versets les plus sympas).

Sinon, oui, La Bible et le Coran sont des témoignages sur la vie humaine, qui est violente comme nous le savons (elle était encore plus violente dans les temps anciens). Ces livres sont aussi le reflet de cela, pas seulement du sublime de la vie et des sentiments humains.

La Bible n’est pas à prendre comme une histoire morale avec de bons et justes héros. Elle comporte des histoires pour nous faire réfléchir sur notre propre vie telle qu’elle est, se reconnaitre dans ce miroir; et on a le droit de dire en lisant la Bible : Ah ça non, quelle horreur, ou : ceci ne peut pas venir de Dieu, puis : ça oui, d’accord, et puis voilà quelque chose d’intéressant.

Cela dit, personnellement, si j’ai lu une fois le Coran, ce n’est vraiment pas mon livre de chevet. Je préfère la Bible, et aussi l’Odyssée, et les pères de l’église. Surtout Augustin, même s’il y a bien des choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord avec lui, j’aime énormément sa démarche à la fois si sincère, intelligente, mystique.

Encore bravo et merci pour ce partage !

Bonne reprise cette semaine, j’espère que cela va bien repartir.

Avec mes amitiés
Dieu te bénit et t’accompagne

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *