Est-il possible chez les protestants de célébrer la sainte Cène à l’occasion d’un mariage ?

Par : pasteur Marc Pernot

pain et coupe de vin de la Cène ou Communion- Photo by Debby Hudson on Unsplash

Question d’un visiteur :

Cher pasteur. J’aimerais vous poser cette question : est-il possible chez les protestants de célébrer la sainte Cène à l’occasion d’un mariage ? Quel sens cela aurait-il ?

Chez les catholiques, c’est encore fréquent, dans la mesure où nous considérons (je dis « nous » dans un sens assez impersonnel) l’Eucharistie comme la plus haute action de grâces possible.

Je vous souhaite une bonne année.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Oui, c’est tout à fait possible de célébrer la Cène au cours d’une cérémonie de mariage.

Cela dit, c’est très rare dans la cérémonie protestante, pour deux raisons à mon avis, dont aucune n’est d’ailleurs contraignante :

  • Nous sommes volontiers et délibérément parcimonieux en rites dans le protestantisme. Non que nous soyons contre, mais afin de ne pas oublier que le Royaume de Dieu, comme le dit Jésus (Luc 17:21), n’est pas dans le rite mais « au dedans de vous » (dans l’Esprit qui nous habite) et « au milieu de vous » (dans de belles relations qui unissent l’humanité en un corps). C’est particulièrement important lors d’un mariage, à mon avis. Ce n’est pas la cérémonie qui marie les époux, mais leurs engagements mutuels, leurs cœurs qui s’engagent, leurs projets qui s’unissent, leur paroles qui s’échangent et s’écoutent. Dans un autre sens, cet essentiel est intérieur, des signes de cette réalité importante sont utiles, ils rendent visible, mettent en avant cet essentiel invisible en le rendant visible, audible, tangible. Cela fait d’ailleurs toute l’importance de la cérémonie de mariage en elle-même. Et cela fait l’importance de la Communion, cela va très bien avec cet événement qu’est un mariage : l’action de grâce et la consécration, avec cette force que donne la présence de Dieu qui nous unit en un même corps, ce ne sont pas que des idées abstraites, dans ce geste très concret de prendre et d’assimiler le pain et le vin il y a plus qu’un symbole, c’est une parole, c’est une foi qui s’incarne dans un geste fort.Donc, oui, cela peut tout à fait être une bonne idée. Mais il y a une seconde difficulté :
  • Un mariage réunit des personnes assez diverses, des amis, des cousins par alliance… qui ne sont pas forcément chrétiens ni protestants, mais athées, catholiques, juifs, musulmans… C’est vrai que dans l’église protestante nous invitons largement à la Communion toute personne qui le désire (Jésus a même invité Judas qui le trahissait, et l’a servi de ses propres mains), mais il y a dans l’assemblée réunie à l’occasion d’un mariage des personnes qui ne désireront pas participer à la Communion, pour des raisons de conscience. En célébrant la Communion au cours de la cérémonie de mariage nous créons ainsi un clivage dans l’assemblée des personnes qui sont venues entourer les mariés. Je ne suis pas certain que ce soit tout à fait génial. Sauf si les deux époux (bien sûr), leurs deux familles et les témoins sont tous très largement pratiquantes et participeraient volontiers à ce geste.

Alors oui, pourquoi ne pas organiser une communion, cela m’est arrivé quelque fois. Et l’idée de base est que les deux époux puissent avoir une cérémonie de mariage qui leur ressemble, ensuite à nous de faire le mieux possible.

Souvent, quand même, les mariés doivent chercher des compromis pour leur cérémonie afin de tenir compte l’un de l’autre, et aussi de leurs proches et des possibilités. En l’occurrence, si ce geste de la Cène est important pour les époux, mais difficile pour telle ou telle raison, il serait possible d’envisager, et pourquoi pas d’annoncer aux proches potentiellement intéressés, de participer en couple au culte de l’assemblée ordinaire des fidèles de la paroisse, le dimanche précédent, ou peu après le mariage, en action de grâce ?

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.