Depuis un temps, j’ai des angoisses qui me font dire d’horribles choses à ma famille (que j’aime plus que tout)

Par : pasteur Marc Pernot

jeune femme regarde au loin vers un bâtiment - Image par Free-Photos de Pixabay

Comment avancer ? Bonne question car chercher à avancer c’est déjà génial.

Question d’un visiteur :

Bonsoir pasteur,

Je me permets de vous contactez car j’ai besoin de votre parole, ne sachant plus vers qui me tourner. Je suis une jeune fille élevée dans la foi chrétienne catholique. Or, je souffre depuis un temps de TOC ( trouble obsessionnel compulsif) , j’ai pu, en me tournant vers Dieu diminuer leur intensité mais d’horribles obsessions liées à une grande anxiété demeurent encore. Ces dernières me font penser et dire d’horribles choses involontaires sur ma famille que j’aime plus que tout. J’aimerais les laisser passer en me disant qu’elles ne sont pas miennes et sont à l’opposé de ce que je souhaites mais je n’arrive pas à calmer mon anxiété et ne pas y prêter attention. En effet , j’ai terriblement peur qu’elles puissent se produire. Pensez- vous qu’en continuant à prier Dieu et ne plus prêter attention à ces pensées, Dieu protègera ma famille jusqu’à ce que ces pensées disparaissent ?
Je m’excuse pour la longueur du texte , en espérant que vous puissiez m’apporter votre aide.

Bien à vous,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Ah là là, ce n’est pas facile. Bon courage.

Dieu ne demande pas mieux que vous soyez délivrée de ce qui ne va pas. Et je suis certain qu’il essaye d’y travailler, et le fait avec vous. En particulier grâce à votre prière.

Comme vous n’avez pas toujours connu ces troubles, apparemment, peut-être qu’il est arrivé quelque chose qui vous a fait du mal, qu’il faudrait arriver à retrouver et à soigner. La question est peut-être de trouver un psychiatre qui vous corresponde, vous comprenne.Et cela devrait vous aider grandement.

Pour ce qui est de ces paroles horribles contre votre famille, en tout cas, à court terme, il me semble que vous pouvez leur expliquer exactement ce que vous m’avez dit. C’est clair, c’est humble et c’est si sympa. Vous aimez votre famille et ils le sentirons. Et si vous explosez, ils se rappelleront vos paroles et qu’elles ne correspondent pas à la réalité. Que c’est tout juste comme un grand « Aïe, Ouyouyoulle » que l’on pousse sans pouvoir le maîtriser quand on se cogne le petit doigt de pied contre un meuble, que ces horribles pensées et paroles ont beau être puissantes elles ne disent rien de plus que votre souffrance de l’instant, voter surprise. Je pense vraiment que votre famille peut comprendre.

Ensuite, oui, je suis persuadé qu’avec l’aide de Dieu vous allez bien avancer.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Anne dit :

    Je pense que c’est la dissociation psychique. En général lié à des « souffrances d’enfant ». Le petit enfant dont les parents se sont occupés comme ils ont pu, mais de façon inadaptée pour lui ou elle, garde plein de colère qu’il n’a pas pu exprimer, c’est cette colère qui ressort, sans filtre, comme un petit enfant en colère l’exprimerait.

    Le conseil c’est :

    1/ quand les pensées arrivent, les attribuer à l’enfant : » la petite X est très en colère, elle a envie de tuer… ».

    2/ voir un psychiatre spécialiste des traumas d’enfance pour “écouter” ce que l’enfant a vécu d’insupportable

  2. Princesse kawaii dit :

    Bonjour, moi c’est pareil mais pire c’est sur Dieu. Quand ce ne sont pas des pensées, se sont des rumination et la des pensées me traverse comme « Dieu est méchant « , ou comme aujourd’hui, j’expliquais à mon mari que je voulais pas d’enfant vue la situation du monde actuel puis je parlais en pensées à Dieu et j’ai pensées « je suis pas égoïste.  » et là la pensées « pas comme toi. » Ma traversée subitement . Je l’ai repoussé aussi vite qu’elle est arrivée mais je me demande pourquoi suis je aussi mauvaise envers Dieu alors que je l’aime et désire le servir. Je ne comprend pas et en viens à le supplier de m’emporter au lieu de continuer de le salir et le blasphèmais car c’est horrible de continuer de vivre en insultant ce qu’on aime plus que tout au monde. Je voudrais tellement que cela cesse… Quand parfois la tempête se calme, c’est pour revenir dix fois pire… Je suis indigne d’un si grand Dieu maudite que je suis…

    • Marc Pernot dit :

      D’abord :
      On peut ne pas désirer avoir d’enfant sans être égoïste pour autant !
      Et il y a des personnes qui font un enfant dans l’idée d’avoir du soutien dans leur vieillesse (ce genre de calcul égoïste ne marche pas toujours, car l’égoïsme est contagieux).
      Mieux faut faire un enfant seulement si l’on a cette vocation. Sinon on peut chercher en quoi on peut effectivement faire du bien autour de soi, embellir un petit peu ce monde, militer, servir, aimer…

      Ensuite : mieux vaut injurier Dieu que de l’oublier. Au moins on pense à lui et on est en contact.
      Aucun risque qu’il nous maudisse pour autant, bien sûr. Dieu a les reins solides, le cuir épais, et il nous aime de toute façon.

      Ne craignez rien : Dieu vous bénit et vous accompagne

  3. Princesse kawaii dit :

    Bonjour Marc, certes mais je ne veux pas blasphémer. C’est horrible d’entendre des insultes à longueur de journée pour l’être le plus important pour moi,notre Dieu. Je ne peux pas contrôler ces pensées à mon désarroi et dès qu’elles sortent je culpabilise, je me sens indigne,horrible et condamné… Si je pourrais faite le tour du monde pour chasser ces pensées, je partirai immédiatement.

    • Marc Pernot dit :

      Il est bien possible que dès lors que vous aurez saisi que cela n’est absolument pas grave, ce genre d’expression cessera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.